Polémique autour des 1, 3 milliard de fcfa versés à l’Archa : Houédjissin attaque le ministre des finances et ses collaborateurs

Publié le par L'informateur

Le dossier relatif à l’Archa continue de défrayer la chronique. Maxime Houédjissin, directeur général de l’Agence pour  la réhabilitation de la cité historique d’Abomey (Archa), a réagi, hier, suite à  la déclaration  liée  au montant des 1, 3 milliard de fcfa mis à la disposition de l’Agence. En effet, tout en balayant du revers de la main ladite déclaration, l’ex-questeur de l’Assemblée nationale accuse à tort ou à raison le ministre des finances Idriss Daouda et ses collaborateur de faire le jeu de l’opposition à cette veille de la présidentielle de 2011. Il n’a pas manqué de tirer à boulets rouges sur l’Agétur et la mairie d’Abomey qui, selon lui, bloquent les travaux avec le ministère des finances.  «Tout mon combat est  porté sur le respect du denier public. Je suis le géniteur de l’affaire Sonacop à l’Assemblée nationale. Je suis aussi le géniteur de la fuite des capitaux au port autonome de Cotonou. Je ne peux pas voler l’argent de l’Etat. La déclaration du ministère des finances est fausse, tendancieuse et scandaleuse.  J’exige la réparation. J’exige que le ministère des finances me présente des excuses publiques. Je peux dire que le ministère des finances bloque les travaux. Le ministère des finances a mis dans l’opinion publique qu’il a versé 1,300 milliard  dans le compte de l’Archa. Je n’ai pas encore reçu un copeck pour le projet. Le ministère des finances fait le jeu de l’opposition. Je suis peiné que le ministère le plus futé de mon pays  fasse cette erreur. Ils font le jeu de l’opposition… », s’indigne Maxime Houédjissin. Selon lui, le ministère de Idriss Daouda a décaissé 500 millions de fcfa à Céro avant l’installation de l’Archa.  Mais comme l’indique la loi, il a débloqué 500 millions de nos francs pour l’installation  de l’Archa. Il a versé  aussi 400  millions de fcfa à l’Archa comme subvention de l’Etat. Le ministère des finances lui doit encore une somme de 5 millions de nos francs. Il en ressort qu’il n’a encore rien pris dans le compte de la réalisation du projet. En définitive, Maxime Houédjissin nomme ceux qui constituent des obstacles pour la réalisation du projet à lui confié. Il s’agit du ministère des finances, de l’Agétur et de la mairie d’Abomey, a-t-indiqué sans détours. «Je peux dire qu’il y a blocage. Il y a risque d’éléphant blanc à Abomey. Mais avant  le 15 mars, les routes administratives seront couvertes de bitumes. Si l’Agétur n’évolue pas et constitue un go slow, nous allons le pousser avec un bulldozer… », ironise le Dg de l’Archa qui prend ainsi la date avec les filles et fils de Houégbadja qui attendent la réalisation de la réhabilitation d’Abomey.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article