Polémique autour de la liste électorale : Le corps diplomatique exige l’audit de la Lepi à Yayi

Publié le par L'informateur

Les diplomates accrédités au Bénin ont émis, mercredi 18 janvier, le vœu de voir la liste électorale corrigée. Ils l’ont fait savoir à Boni Yayi lors des échanges de  vœux à la Marina.

« Le corps diplomatique est disponible à accompagner le Bénin dans sa marche vers la démocratie.  Mais il faut que les légitimes  critiques soulevées lors des dernières élections soient prises en compte », a déclaré Michael August Blume, le doyen du corps diplomatique.

Un appel qui n’est pas tombé dans les oreilles de sourd.   « J’ai invité des experts  pour procéder  à un audit de la liste électorale. L’objectif est d’élaborer un nouveau code électoral qui garantisse  la paix et la transparence dans notre autre pays », a signalé Boni Yayi.

Le chef de l’Etat promet de corriger la Liste électorale permanente informatisée  (Lepi). Il a pris l’engagement devant les diplomates pour l’audit de cette liste.  L’objectif qu’il s’est fixé est clair. Yayi entend mettre sur pied un nouveau code électoral.  Un code qui va permettre de crédibiliser les joutes électorales.  Une manière de sauvegarder « la paix », reconnaît l’homme de la refondation.

Car les dernières élections, notamment la présidentielle, ont été contestées. La contestation est partie de l’élaboration de la liste. L’opposition a dénoncé une « Lepi tronquée » au profit du chef de l’Etat qui est candidat à sa propre succession.  L’Union fait la nation (Un) de Bruno Amoussou a organisé des marches de protestations à Cotonou, Porto-Novo et Abomey pour demander  de surseoir l’instrument électoral.  La mouvance au pouvoir a fermé les yeux.

Eu égard à cela, l’opposition claque la porte. Les représentants de l’Un ont démissionné de la  Commission politique de supervision (Cps) en charge de la réalisation de la Lepi.  N’empêche, le superviseur général  Nassirou Bako-Arifari  a conduit l’oppération à terme.  Le peuple est allé aux urnes avec la Lepi « truquée » en faveur du régime.

Pour quels résultats ? Le chef de l’Etat sortant a battu son principal challenger  Adrien Houngbédji, candidat de l’Un, par le « K.O » historique.  Les contestations fusent de toute part. Le candidat de l’opposition s’est autoproclamé président de la République. Mais Boni yayi a prêté serment aux grand dam des « unionistes ».

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article