Placement d’argent : La prison civile de Cotonou remplie d’escrocs Icc-Services : Voici leurs noms et prénoms

Publié le par L'informateur

détenus iccLa prison civile de Cotonou est remplie d’escrocs du dossier Icc-Services. Ils sont au nombre de trente et un (31) responsables déposés, entre le 14 juillet et le 03 août, à la maison d’arrêt de la capitale économique du Bénin. Les  infractions mises à leur charge sont multiples et multiformes. En effet, ces escrocs internationaux de Icc-Services sont poursuivis pour plusieurs  chefs d’inculpations. Il s’agit d’escroquerie avec appel au public, exercice illégal d’activité bancaire, exercice illégal d’activité de microfiance, complicité d’escroquerie avec appel au public, association de malfaiteurs, crime d’escroquerie avec appel au public, recel d’escroquerie et corruption, faux et usage de faux en écriture privée. En fait, ils ont installé les entités de Icc-Services sur toute l’étendue du territoire national. De Malanville à Kraké et de Illakondji à Illara, ces structures  de placement d’argent ont grugé plus de 100 milliards des pauvres populations béninoises. Avec la bénédiction du gouvernement du changement, ils ont escroqué les milliers de citoyens. Surtout, au moment où les directeurs généraux des banques réglementaires (Bank of Africa, Ecombank, Continental…) ne disposent ni de garde corps ni d’armes, le gouvernement a armé le cerveau de cette structure d’escroquerie à grande échelle. Sous le nez et la barbe des autorités au sommet de l’Etat, la clique à  Emile Tégbénou a opéré en territoire conquis.  Par conséquent, certains citoyens sont tombés malades et admis dans les hôpitaux. Il en a qui  ont rendu l’âme dans cette affaire. Ceux qui sont en vie cogitent à longueur de journée sans trouver de  solution à leurs réflexions infructueuses. Mais le gouvernement Boni Yayi continue le dilatoire. Le président du comité de suivi Pascal Koupaki, ministre d’Etat,  a affirmé que les déposants ne vont pas être remboursés à 100%.  Encore que nul ne peut prétendre connaître la date exacte du remboursement des milliers de victimes.     

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article