Pierre d’Alcantara Zocli sur la télévision nationale : «Plus de 230 milliardaires au Bénin »

Publié le par L'informateur

A quelques jours de la fin de la prolongation du mandat à la tête de la chambre de commerce et d’industrie du Bénin, Pierre d’Alcantara Zocli a été l’invité de Ozias Sounouvou hier dans la soirée sur la télévision nationale. Dans un entretien tendu, il a essayé de défendre son bilan à la présidence du comité spécial transitoire de la Ccib. Mais pas sans mal.

«Il  Y a 230 milliardaires au Bénin. Un parmi eux peut diriger la CCIB. Ailleurs on a mis 14 ans pour redresser la chambre de commerce. On a saisi la Haac, l'Odem et la justice sur la fuite de documents à la Ccib au sujet des malversations. » Là sont les perles qu’on peut noter dans les déclarations  du président du  comité spécial transitoire de la chambre de commerce et d’industrie du Bénin.

Envoyé à la tête du Comité spécial transitoire de la Chambre de commercer et d’industrie du Bénin pour  réorganiser l’institution, le président Pierre d’Alcantara Zocli s’est découvert d’autres tâches. Il s’attèle à nommer ses amis dans les différentes structures que de préparer la Ccib à passer les joutes électorales qui doteront l’institution d’un président élu par ses pairs.

Il affirme que les élections ne seront pas possibles avant la fin de l’année. Une perspective qui prolonge in fine la transition du comité transitoire au-delà du mois d’Août.

Or, Le souci du gouvernement est  de redynamiser l’institution consulaire au moyen d’une meilleure représentativité des acteurs économiques. Le constat au niveau des assemblées précédentes était que les groupements professionnels ne sont pas pris en compte au niveau de l’assemblée consulaire. Il apparait donc que la mission du comité transitoire est de rétablir les équilibres pour l’atteinte des objectifs voulus par le gouvernement. Contre toute attente, les réformes instituées par le président Pierre Zocli sont de nature à privilégier une certaine classe d’investisseurs. Ceux là qui disposent d’un matelas financier extraordinaire au détriment de la qualité. Toute disposition qui aujourd’hui, ajoute du flou au résultat du président Zocli à la tête de cette institution. Vivement la tenue des élections pour une fin de la transition qui souhaite durer 14 ans.

Oswald S. DOSSEY

Publié dans Société

Commenter cet article