Passation de service au ministère de l’intérieur : Martial Souton témoigne sa reconnaissance à Boni Yayi

Publié le par L'informateur

Le tout nouveau patron des flics a pris hier, lundi 26 juillet 2010, son bâton de commandement des mains de Armand  Zinzindohoué. Martial Souton, puisque c’est de lui qu’il est question, a été officiellement installé dans le fauteuil de ministre de l’intérieur et de la sécurité publique au cours d’une cérémonie tenue à la fois au ministère de l’intérieur et au Conseil national des chargeurs du Bénin. En cette occasion solennelle emprunte de grande émotion, le successeur d’Armand  Zinzindohoué à ce névralgique poste a témoigné sa gratitude au chef de l’Etat pour la confiance sans cesse renouvelée qu’il accorde à sa modeste personne. En effet, sous le régime du changement, Martial Souton vient de connaître sa troisième promotion. D’abord, il a été fait Directeur adjoint de la programmation et de la prospective du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique. Ensuite, il a été muté de ce poste, il y a 6 mois environs, pour servir la Nation au Conseil national des chargeurs du Bénin au titre de Directeur général adjoint. Depuis le 19 juillet 2010, il est devenu le numéro 1 du ministère de l’intérieur. C’est à juste titre donc qu’il exprime toute sa gratitude au premier magistrat, artisan premier de son ascendance sociale : « Nous voudrions avant tout propos, témoigner à son Excellence, le Docteur Boni Yayi, notre profonde reconnaissance et nos très sincères remerciements pour cette confiance renouvelée qu’il place en notre toute modeste personne », a-t-il déclaré avant de poursuivre : « Notre reconnaissance s’adresse primordialement à Dieu le tout Puissant, le très miséricordieux qui bénit toujours cette confiance. Sinon, qu’avons-nous particulièrement fait pour mériter cette attention de la part du chef de l’Etat ? Il y a quelques mois seulement il nous a fait nommer Directeur adjoint de la Programmation et de la prospective du Ministère de l’intérieur et de la sécurité publique ; ensuite Directeur général adjoint du Conseil national des chargeurs du Bénin ; aujourd’hui, il fait de nous le titulaire du portefeuille de ce vaste département ministériel… »

 

L’homme qui connaissait la maison…

Martial Souton n’est ni un intrus, ni un novice au ministère de l’intérieur. Les quelques mois qu’il y avait passés en tant que Directeur adjoint de la programmation et de la prospective, lui a certainement permis de prendre la mesure des exaltants défis à relever et qui ont noms la sécurité publique, la libre circulation des biens et des personnes, la lutte contre la grande et la petite criminalité, etc. Le nouveau ministre de l’intérieur et de la sécurité publique a parfaitement conscience de ce que la tâche ne sera pas aisée. Mais il a l’assurance que dans une synergie d’actions et une collaboration franche de tous les acteurs, la montagne pourra être soulevée, la mission que le chef de l’Etat lui a confiée pourra être accomplie. « De notre cabinet au pool des véhicules et agence d’entretien en passant par les Directions centrales et techniques ; de la Direction générale de la Police nationale aux simples secrétariats de direction de nos commissariats de police, que pourrons-nous faire sans vous ? Que pourrons-nous faire sans vous les Généraux de la Police, les Commissaires des différents commissariats centraux de nos villes, les commissaires des commissariats d’arrondissements et des commissariats spéciaux de structures spéciales, les Inspecteurs, les Commandants de corps urbains, les Brigadiers et autres hommes de rang ? Que pourrons-nous faire  sans les autres éléments des forces de sécurité publique tels que les gendarmes, les sapeurs pompiers et les militaires ? Que pourrons-nous faire sans les différents syndicats du ministère et sans  la collaboration et la partition  des  populations elles-mêmes ? Absolument rien ! », a déclaré en toute humilité le ministre Souton avant d’annoncer un nouveau départ au ministère de l’intérieur ; nouveau départ qui passe par la continuation de l’œuvre entamée par son prédécesseur : « Au bout de l’ancienne corde des stratégies qui sont mises en œuvre pour obtenir les résultats actuels, non seulement nous tisserons ensemble avec vous la nouvelle corde avec de nouvelles stratégies, mais aussi et surtout nous comptons sur vous pour ne laisser nulle place ni à la diversion, ni à la distraction ». Comme on peut le constater, l’engagement de Martial Souton dans l’accomplissement de la mission que la Haute autorité  vient de lui confier est total et mérite l’accompagnement de chacun et de tous.

Ignace SOGLO

Publié dans Actualité

Commenter cet article