Pascal Todjinou à propos du projet de loi portant exercice du droit de grève : « Yayi veut créer d’autres tensions »

Publié le par L'informateur

Le Sg/Cgtb Pascal Tojinou a dénoncé,  hier sur Canal 3 Bénin,  le projet de loi portant exercice  du droit de grève transmis au parlement. Il a déclaré que Boni Yayi veut  créer d’autres tensions sociales.

 

«Yayi n’a jamais géré de crises.  Il veut créer d’autres tensions. Le président de l’Assemblée nationale n’a qu’à ramener la session à aujourd’hui.   Je demande aux  députés  de vite voter cette loi pour voir une mobilisation générale des travailleurs à la mesure de la forfaiture », a menacé le Sg/Cgtb.

Un tel  projet  de loi est provocateur et liberticide, estime Pascal Todjinou. Selon lui,  contrairement aux autres lois sociales,  aucun syndicaliste ni conseiller du Conseil économique et sociale (Ces) n’est  associé à l’élaboration de ce projet.  Cette loi a été concoctée en chambre avec la complicité des députés Fcbe de premières heures.  Ce qui fait que le projet  de loi portant exercice  du droit de grève  ne répond  pas aux aspirations des travailleurs. Le Sg/Cgtb affirme que «la démocratie est assassinée» au Bénin.

En effet, l’invité de Canal 3 Bénin a mis  l’accent sur les articles 2,  3, 8 et 9 qui, selon lui, sont douloureux  et anti-démocratiques.   Lesquels réduisent voire  suppriment les libertés syndicales.  Il  va être difficile voire impossible, en tout cas,  pour les travailleurs de déclencher une  grève à l’ère de la République de Boni Yayi. Pour aller en grève, la motion  est déposée 20 jours ouvrables avant le déclenchement au lieu de 3 au paravent.  Il faut même l’avis de tous les syndiqués.  Là, Pascal Todjinou n’entend pas mettre un tel préavis en application. « Yayi n’a pas consulté le peuple avant de soutenir les rebelles Libyens », oppose-t-il. Il déclare que l’article 8 a commencé la mort de l’organisation syndicale et le 9 l’a achevée.

 Pascal Todjinou connaît bien  qui a manigancé tout cela. Il a indexé un  ancien ministre qui est acculement  président d’une institution  de la République. Cette personnalité est dans tous les coups bas contre le peuple. Ceux-là, qui donnent ces conseils à  Boni Yayi, empêchent  le chef de l’Etat  de se reposer, selon lui.  Le numéro 1 de la Cgtb prédit  que le vote de cette loi constitue « un trouble à l’ordre public » au Bénin.

Eu égard à cela,  les secrétaires généraux  syndicaux Gaston Azoua, Pascal Todjinou, Dieudonné Lokossou et Georges Kakaï Glèlè  n’entendent pas  se faire enterrer vivants, prévient le Sg/Cgtb.  Il a expliqué que les travailleurs ont accordé une trêve de  4 ans au chef de l’Etat mais qui veut créer d’autres tensions.  Pascal Todjinou  rappelle que le procureur  de la République ni le haut commandement militaire ne s’invite dans le conflit de travail. Il invite le chef de l’Etat à se mettre au-dessus de la mêlée, histoire de conduire le Bénin à bon port en 2016.

 

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article