Pascal Todjinou à propos de l‘annulation des 25% des agents du Mef : « La décision de la Cour est une bombe »

Publié le par L'informateur

Le secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb) est reçu, hier, sur l’émission « Zone  franche » de Canal 3Bénin. Tout en rejetant la décision de la Cour conduisant à l’annulation des 25%  accordés aux agents des finances, Pascal Todjinou annonce une généralisation de la grève au niveau  de toutes les Centrales syndicales.

« La décision  de la Cour est une bombe. On a abrogé le décret. Mais on n’a pas abrogé la grève.  Si jamais on supprime les 25 %  des agents du ministère des finances, toutes les Centrales syndicales vont se mettre dans la danse. Le mouvement  sera généralisé », menace le Sg/Cgtb.

Pascal Todjinou précise que les discours musclés vont entrainer des actions syndicales musclées.  Il dénonce la dichotomie entre le relevé de conclusion des négociations et le décret présidentiel.  Il relève la mal donne  au  niveau des deux actes administratifs.

En effet, selon lui, il est question d’étendre les 25% du Mef aux autres  ministères et couches sociales dans le relevé.  Si on  a un salaire de 100 mille, on perçoit désormais 125 mile Fcfa.  Mais dans le décret, le gouvernement décide de limiter ces privilèges financiers au niveau du Mef.  Cette situation choque les agents des autres ministères qui déclenchent une grève de 72 heures renouvelables. La Coalition des organisations syndicales de l’administration publique (Cosynap) réclame  ce qui lui revient de droit.

Mais la Cour constitutionnelle de Robert Dossou déclare contraire à la Constitution le décret n° 2011-335 du 29 avril 2011 portant institution d’un coefficient de revalorisation des traitements indiciaires des agents de l’Etat du ministère de l’économie et des finances (Mef). Suivant les explications contenues dans la décision Dcc 11-042 du 21 juin 2011,  l’exécutif rapporte simplement et purement le décret à polémique.

Là, non seulement les 25% accordés aux  agents du Mef sont supprimés mais aussi les travailleurs des autres ministères ne peuvent plus bénéficier de cette harmonisation financière.  Ce qui provoque la colère des Agents permanents de l’Etat en général et des fonctionnaires ministériels en particulier. Mais d’où vient le malheur des Ape ?

Le Sg/Cgtb, qui conteste l’existence de la requérante du recours à la Cour constitutionnelle, pointe un doigt accusateur sur le pouvoir Boni Yayi. « Ce recours est une fabrication. Ingrid Houessou n’existe nulle part.  Lorsqu’on a fabriqué le recours, il est atterri sur la table de la Cour. On a enregistré rapidement. Les sages se sont vite retrouvés pour prendre la décision », révèle l’invité de Canal 3 Bénin. 

Une situation de provocation, s’indigne le Sg/Cgtb. Mais les mouvements de grève vont être à la hauteur de la provocation, prévient Pascal Todjinou  en demandant au gouvernement de ramener la balle à terre. « Je demande à Boni Yayi de rester au-dessus de la mêlé. Il n’est pas bon de remettre en cause ce qui est acquis. Ça amène un trouble à l’ordre public »,  conseille  le numéro 1 de la Cgtb  à l’exécutif en conclusion.

 

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article