Organisation du cinquantenaire de l’indépendance du Bénin à Allada : Risque d’affrontement entre les camps Houngnibo et Houadjèto dimanche

Publié le par L'informateur

Triste sort pour la commune d’Allada ! En ce moment où toutes les localités du pays s’affairent à marquer d’une pierre blanche les festivités consacrant le 50ème anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale, la cité des Adjahouto est minée par une crise politique sans lendemain. 14 conseillers sur les 19 que compte cette commune, ont procédé à la destitution du maire Lucien Houngnibo le mardi 20 juillet 2010. Dès lors, ils dénient toute légitimité et toute légalité au locataire de l’hôtel de ville d’Allada. Cette destitution que le Préfet de l’Atlantique-Littoral, autorité de tutelle, met du temps à entériner pour des raisons que les conseillers frondeurs disent ignorées, n’existe que dans les imaginations du camp Houadjèto selon des sources proches du maire et des 4 autres conseillers acquis à sa cause.  Le moins qu’on puisse faire remarquer est que c’est dans cette ambiance délétère que la mairie d’Allada veut organiser le cinquantenaire de l’indépendance du Bénin. De sources dignes de foi, on apprend que les deux camps organisent chacun en sa manière la fête du 1er août. Lucien Houngnibo se considère toujours comme maire d’Allada alors que pour les 14 conseillers, le maire par intérim s’appelle Grégoire Houadjèto. Et dans le cadre de la commémoration du 50ème anniversaire de notre indépendance, les deux maires s’apprêteraient à faire le dépôt de gerbe au nom de la commune. Le camp Houadjèto au cours d’une conférence de presse tenue mardi dernier a d’ailleurs déclaré qu’ils ont voté un budget de 200 mille pour cette fête. Houngnibo et les siens ne laisseront pas faire non plus. Autour de chacun donc, les populations seront mobilisées. Chaque camp voudra montrer sa force de frappe. Les 14 conseillers du camp Houadjèto et leurs militants d’un côté, les 5 conseillers du camp Houngnibo et les leurs de l’autre. Le risque est donc grand que les différents protagonistes s’affrontent dimanche prochain.

Le Préfet Jules Honorat Hessou doit prendre les dispositions nécessaires pour éviter une situation conflictuelle à Allada en ce moment où tout le Bénin festoie en liesse le cinquantenaire de son indépendance. La commune d’Allada ne mérite pas de sombrer dans la violence du fait de la politique politicienne. Le Préfet a tout intérêt à donner force à la loi, en réglant le différend qui oppose les deux camps. Ainsi, il aurait rendu service au président de la République qui a tellement de soucis actuellement qu’il serait inconvenant d’en ajouter avec les clivages au sein des communes.

Ignace SOGLO

Publié dans Actualité

Commenter cet article