Non sortie des camions de l’enceinte du port : Que pouvait le Dg port ?

Publié le par L'informateur

Le début de semaine a été mouvementé au port de Cotonou. Et pour cause ! Les trois dernières semaines ont été l’occasion d’un blocage des camions déjà chargés dans l’enceinte portuaire. Le président de la République en était finalement exaspéré. Et après une première rencontre dirigée par le premier ministre, le chef de l’Etat a haussé le ton. Le lundi il a ordonné au directeur général du port de prendre ses responsabilités. Il était surtout question de faire en sorte que les 300 camions déjà chargés de marchandises et encore en stationnement dans l’enceinte portuaire soient vider hors du port et aussi qu’ils n’encombrent pas les rues de Cotonou. Le Dg port s’est retrouvé presque le dos au mur. Il avait juste quelques heures, en tout cas moins de 24 heures pour sortir 300 camions de l’enceinte portuaire. Lui, un Dg qui, en vérité n’a pas grande décision à prendre quand aux opérations économiques des acteurs portuaires. Certes, un Dg port peut prendre des décisions et les mettre à exécution. Mais les rendre exécutoire au mépris des dispositions légales en cours et régissant les transactions, cela relève bien de l’impossible.

Joseph Ahanhanzo avait donc à exécuter la décision du chef de l’Etat mais il devrait aussi tenir compte des exigences et des sociétés chargées de procéder aux opérations. Dans ce cas précis, le Dg ne pouvait en fait rien faire sans que les balises ne soient apposées sur les camions chargés et qui devraient être suivi de ce fait. Il revenait donc aux transporteurs de procéder à la dernière formalité qui est de retirer la balise aux guichets de la société Bénin Control. Les informations recueillies sur le terrain précisent qu’au-delà de 8heures aucun transporteur ne s’était rapproché des guichets pour remplir cette dernière formalité. C’est donc un Dg port lié pieds et mains par les réalités portuaires qui a été rattrapé par le président de la République aux environs de 9 heures.

A partir de ce moment, il avait perdu le contrôle des affaires. Boni Yayi était devenu le nouveau capitaine à bord du navire port de Cotonou.

La suite a été ce que tout le monde connaît. Les 300 camions ont été sortis sans tenir désormais compte des obligations légales. Des militaires de la garde républicaine se chargent de conduire les camions hors du port et « à destination », a dit le chef de l’Etat.

Claude ALOFA

Publié dans Actualité

Commenter cet article