Nomination des inspecteurs généraux des ministères et des auditeurs des sociétés d’Etat : Yayi pose les balises d’une gestion saine de son second mandat

Publié le par L'informateur

C’est dans une rencontre de franchise que le chef de l’Etat, le docteur Thomas Boni Yayi a donné aux inspecteurs généraux des ministères (Igm) leur lettre de mission. Discours de franchise et à cœur ouvert on est tenté de conclure. Boni Yayi a déclaré aux inspecteur généraux des ministères l’ampleur de ce que le pays attend d’eux. Et en ce sens, le président a été plus que claire. La bonne gestion des ressources de l’Etat au sein des ministères est primordiale pour éviter la dilapidation des ressources qui devraient servir à la construction du pays. Boni Yayi a invité les Igm à être l’œil positif de l’Etat au sein des ministères. Ils doivent vérifier la mise en œuvre des procédures financières nécessaires avant le décaissement des fonds attribués aux ministères. Ils ont aussi la charge de faire des contrôles inopinés des livres de comptes tenus par les Directeurs administratifs et financiers des ministères. En leur indiquant ce qu’ils sont chargés de faire Boni Yayi a profité pour rappeler le pourquoi ils leur mission est importante. En effet, la plupart des scandales que le Bénin a connus depuis son accession à l’indépendance sont nés de la mauvaise gestion par les cadres de l’administration des fonds et des projets sous le contrôle des ministres et de leurs collaborateurs. Alors on se rend compte que le Bénin perd beaucoup d’argent du fait de la volonté manifeste de certains agents malhonnête de l’administration publique de s’en mettre plein les poches. Mais comment les contrôler ? Il n’y a pas eu à ce jour de solution miracle. Ces cadres indélicats ont toujours réussi à passer entre les mailles des systèmes de contrôle mis en place par les pouvoirs. C’est donc fort de son expérience dans la gestion de la chose publique que Boni Yayi vient de nommer directement les Igm. Il les a placés sous le contrôle et sous l’autorité hiérarchique de l’Inspecteur général d’Etat et a tenu à leur donner lui-même leur lettre de mission. Ce faisant Boni Yayi les retire du contrôle des ministres. Ils seront donc libres pour faire des audits inopinés de la gestion faite dans leurs ministères respectifs.

Il est donc clair que le président Boni Yayi pose les balises d’une bonne gestion des ressources de l’Etat par les ministres et leurs collaborateurs. Loin de vouloir mettre les ministres sous la surveillance des Igm, Boni Yayi est plutôt décidé à éviter à ceux-ci des situations ridicules comme celles de Soulé Mana Lawani et d’Armand Zinzindohoué.

 

Les sociétés d’Etat reçoivent aussi les auditeurs internes

Le conseil des ministres s’est réuni en séance extraordinaire le vendredi 08 juillet 2011. Du communiqué issu de ses travaux on retient que le président de la République n’a pas voulu s’arrêter au contrôle de la gestion des ressources au sein des ministères. L’homme a fait nommer des auditeurs internes au sein de toutes les sociétés d’Etat qui brassent l’argent public du fait des rentrées financières qui y sont faites. C’est désormais clair que les directeurs de sociétés d’Etat ne peuvent plus mettre la main à la poche de manière désordonnée et sans réel motif d’intérêt public. Mieux, ces auditeurs internes sont des intendants militaires. Ces derniers de par leur formation militaire sont empreints de probité et de sens de responsabilité. Un civil responsable d’un militaire, il serait difficile d’espérer la complicité de ce dernier pour quelque magouille que ce soit.

Les Béninois peuvent désormais, dans leur totalité prendre langue avec le chef de l’Etat, le président Boni Yayi pour une gestion saine et rigoureuse des ressources du Bénin.

 

Claude ALOFA

Publié dans Actualité

Commenter cet article