Nomination de deux anciens ministres à la tête du Port et de la Sobemap : Yayi paie à Ahanhanzo et à Toléba le prix de leur fidélité

Publié le par L'informateur

Le conseil ordinaire des ministres en date du mercredi 20 juillet 2011 est porteur de bonnes nouvelles pour Joseph Ahanhanzo et Soumanou Toléba. Ces deux personnalités et émérites cadres de ce pays qui ont eu à occuper dans un passé récent des postes ministériels, ont été respectivement promus Directeur général du Port de Cotonou et Directeur général de la Société béninoise des manutentions portuaires (Sobemap). Ces deux nominations s’apparentent à notre avis au fruit de la fidélité dont ont fait montre jusque-là ces deux anciens ministres en dépit de leur sortie du gouvernement.

En effet, Joseph Ahanhanzo-Glèlè et Soumanou Toléba furent deux ministres dont les départs du gouvernement vers la fin du premier quinquennat du docteur Boni Yayi ont été regrettés par les acteurs du secteur dont ils avaient la charge. Ils ont été recasés à la présidence de la République après leur sortie du gouvernement ; respectivement au titre de conseiller chargé des réformes administratives et institutionnelles puis de conseiller aux affaires culturelles du chef de l’Etat.

Bon an mal an, les deux anciens ministres ont continué à faire le chemin avec Boni Yayi. Contrairement à d’autres anciens ministres qui se sont rangés automatiquement dans l’opposition après qu’ils ont été sortis du gouvernement, Joseph Ahanhanzo et Soumanou Toléba ont maintenu le cap de leur fidélité à Boni Yayi. Pour la réélection du président de la République, ils ont tous deux mouillé les maillots dans leurs fiefs respectifs. On a vu Joseph Ahanhanzo-Glèlè à l’œuvre dans son Abomey natal. Grand mobilisateur, il est aussi un arrangeur de foule attitré. Pendant la campagne électorale, il a composé une chanson fon qui fait office de slogan ; slogan qui reste gravé dans la mémoire des populations et qui se résume comme suit : « Aucun des 12 autres candidats à l’élection présidentielle de 2011, si audacieux soit-il, ne peut prendre le risque d’attendre s’il croise sur son chemin le président Boni Yayi. Il doit prendre la poudre d’escampette… »

De l’autre côté dans la Donga, Soumanou Toléba a sorti ses muscles face aux velléités Abdoulaye Bio Tchané, l’autre fils du terroir, candidat au scrutin présidentiel.

Il faut dire que les choses ont bien tourné pour ces deux ex-ministres. Puisque leur candidat Boni Yayi a rempilé au sommet de l’Etat. Ce dernier n’a pas pris suffisamment de temps pour leur retourner l’ascenseur. A la faveur du dernier conseil des ministres, soit moins de 4 mois après ce sacre K.O au premier tour, Joseph Ahanhanzo-Glèlè et Soumanou Toléba ont pris la tête de deux directions stratégiques du pays que sont le Port de Cotonou et la Sobemap. Le prix de la fidélité et de la loyauté somme toute.

Ignace SOGLO

Publié dans Actualité

Commenter cet article