Mise en conformité manquée de la loi 2010- 33 portant règles générales : Après Aholou Kèkè, les secrétaires parlementaires s’illustrent

Publié le par L'informateur

Après le faux coup de la présidente de la  commission des lois du jeudi dernier, C’est au tour des secrétaires parlementaires de prendre le parlement béninois en otage le vendredi 26 novembre dernier. En effet, conformément à ce qui a été arrêté,   les députés devraient se revoir le vendredi 26 novembre  pour évacuer cette question de la mise en conformité de la loi 2010- 33 portant règles générales des élections de 2011.  Mais ce sera  un autre rendez-vous manqué à cause de l’absence des deux secrétaires parlementaires. La présence de l’un d’entre eux pouvait tirer d’affaire. Mais les députés Dahissiho et Affo Djobo, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, ont brillé  par leur absence. Comme on le sait, sans secrétaire parlementaire, il n’y a pas de séance plénière.  Selon les recoupements, l’un d’entre les deux secrétaires parlementaire  est permissionnaire alors que l’autre n’a pas du tout signalé qu’il ne viendrait pas. Les commentaires le voient   dans une logique dont il est  le seul à avoir le secret. Mais certains de ses collègues  pensent que ce dernier, qui n’est pas à son premier coup est dans un marchandage politique mal ficelé. Cette même source pense qu’il s’y prend mal et en récoltera les fruits le moment venu. Pour l’heure, nous n’en sommes pas encore là. Il s’agit plutôt de tout faire pour mettre cette loi en conformité par rapport aux observations de la cour constitutionnelle. C’est pourquoi le président de l’Assemblée Nationale a certainement demandé le report de cette mise en conformité au lundi 29 décembre 2010. Si tout va bien, cette loi sera mise en conformité au cours de la plénière de ce jour. On pourrait s’attendre à un constat. Les élections de 2011 ne peuvent plus être faites avec la lépi vu l’allure où vont les choses. Il faut alors penser aux dispositions transitoires pour préciser la quelle des listes   nous devons utiliser pour les élections de 2011. Et c’est ce qui constitue le point d’achoppement entre les différentes forces composantes de l’Assemblée Nationale. Les petits jeux et les faux coups de certains élus sont peut-être de bonne guerre mais reconnaissons que  c’est de la  tricherie, mieux c’est  de l’entorse au déroulement du jeu démocratique. Les uns et les autres doivent savoir raison garder et savoir qu’ils ne sont éternels à ces postes là. La preuve en est que certains de leurs prédécesseurs sont actuellement entrain de se mordre les doigts et regrettent certains de leurs actes.

Géoffroy Wusa

Publié dans Actualité

Commenter cet article