Ministère de la justice : Les raisons d’un imminent redéploiement des magistrats

Publié le par L'informateur

Ça y est. Tout est fin prêt pour que le nouveau redéploiement du personnel magistrat soit rendu public. Les pions ont été déjà déplacés. Certains magistrats font leur valise du parquet pour aller faire l’expérience du siège. Pour d’autres, c’est le lieu d’aller faire l’expérience des justiciables d’une autre ville ou d’un autre département. Il faut aussi dire certains magistrats ont connu une promotion à la faveur de ce redéploiement qui sera rendu public sous peu.

Dans tous les cas, il urge que le conseil des ministres ne traine plus longtemps sur la nouvelle liste d’affectation. Puisque certaines juridictions tournent désormais au ralenti, des magistrats étant dans la psychose du départ. Cela se passe ainsi toutes les fois que le ministre en charge de la justice entame la consultation de ces derniers. Doit-on le rappeler, ils ont été nombreux à être consultés pour être mutés. Certains ont donné leur aval, mais pour d’autres, il n’est pas encore question d’être déplacés, même si cela ressemble bien à une promotion.

 

Plusieurs raisons justifient le redéploiement qui ne doit plus tarder.

D’abord, le Bénin est au début d’un nouveau mandat. Même s’il a été réélu, tout chef d’Etat veut toujours procéder à une redistribution des cartes. Tenant compte des résultats observés jusque là, il faut faire des réajustements pour plus d’efficacité de la maison Justice. Habillement, puisqu’on est juste au lendemain d’une élection un tel redéploiement permet de régler des comptes. Les magistrats qui se sont donné un peu de liberté pendant la période de campagne doivent en subir maintenant les conséquences.

Le redéploiement se justifie également par le fait que c’est un nouveau ministre qui est à la tête du département de la Justice depuis le dernier remaniement ministériel consécutif à l’élection présidentielle. L’avocate qui n’est pas une intruse, pour réussir les réformes qu’elle claironne doit pouvoir placer les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Elle connait quelque peu les magistrats et sait ceux sur qui elle peut compter. Et à ce niveau, la tâche n’a pas été du tout facile pour le conseil supérieur de la magistrature.

Par ailleurs, le redéploiement est également la conséquence de la création de nouvelles juridictions.

C’est ainsi que l’Etat est en train de créer un tribunal à Allada, un autre à Savalou, sans oublier la ville de Djougou. Il faut pouvoir dégager des magistrats pour aller faire fonctionner ces nouveaux tribunaux. Le conseil supérieur de la magistrature doit pouvoir identifier les magistrats méritants pour que ces juridictions démarrent sous de bons auspices.

Enfin, le redéploiement attendu de tous est aussi lié au fait qu’il y a des magistrats qui sont à un même poste depuis plusieurs années. Même s’ils sont "bons," au niveau du conseil, on craint qu’ils ne versent dans la routine.

 

Franck Kpochémè

Publié dans Actualité

Commenter cet article