Ministère chargé de l’enseignement secondaire : Vaine polémique autour d’un limogeage sans acte

Publié le par L'informateur

Une tension que d’aucuns qualifient de vaine et entretenue par on se sait qui rend lourde l’atmosphère au niveau du ministère en charge de l’enseignement secondaire. Au cœur de cette polémique, un directeur qui continue d’attendre l’acte qui le limoge effectivement avant de plier bagage.

Depuis quelques jours, une certaine rumeur laisse croire que Capo Mahugnon, précédemment directeur des examens et concours refuse de rendre le tablier, alors qu’il a été relevé de ses fonctions. Joint hier pour en savoir un peu plus sur les conditions dans lesquelles cet enseignant de lettres à l’Université d’Abomey-Calavi refuse de passer service à son  successeur.

« J’ai été nommé par décret pris en conseil des ministres. Et c’est sur une certaine chaine de télévision que j’apprends que j’ai été relevé. Est-ce dans la presse que je vais apprendre la nouvelle de mon limogeage ? Ne suis-je pas en droit de réclamer l’acte qui me limoge avant de passer service ? C’est la presse qui annonce mon limogeage et on organise toute une campagne autour  de ma personne alors que je n’ai jamais refusé de passer service. Est-ce qu’on apporté le décret et j’ai refusé de passer service ? » s’est-il interrogé.

A la question de savoir si le ministre de tutelle, Soumanou Djimba n’a pas pris un arrêté pour le suspendre, Capo Mahugnon répond : « En tout cas, jusqu’au moment où je vous parle, aucun arrêté de suspension n’a été porté à ma connaissance. Encore que j’ai le droit de réclamer un décret, puisque j’ai été nommé par décret pris en conseil des ministres».

Nous avons également joint le cabinet du ministre en charge de l’enseignement secondaire pour nous faire une juste idée de sa version des faits. Pour la cellule de communication, c’est le relevé du conseil des ministres du mercredi 11 janvier 2012 qui viendra mettre un ordre dans cette polémique. « Le décret existe, mais n’est pas encore rendu public… On ne saurait dire qu’il a refusé de passer service. Mais cela ne veut pas dire qu’on n’observe pas une résistance au niveau de la tête de la direction des examens et concours» a-t-il laissé croire en précisant qu’il n’est pas le seul au niveau de ce ministère à observer une certaine résistance.

Toutefois, au niveau de cette cellule, on précise qu’on ne saurait conclure derechef que ce limogeage est la conséquence d’une mauvaise gestion. Puis il complète : « …. ce n’est pas dans ce seul ministre qu’il y a eu les nominations…. ».

F. Kpochémè

Publié dans Actualité

Commenter cet article