Marche mardi dernier sur la mairie d’Adjarra : Qui manipule les élèves contre le pouvoir ?

Publié le par L'informateur

Profitant des mouvements de débrayage en cours actuellement dans   nos collèges et lycées, des esprits malins sont entrain de s’infiltrer  progressivement dans les rangs pour s’échauffer croyant  atteindre des objectifs inavoués. Après Cotonou, le spectre a gagné la mairie d’Adjarra. Et c’est le mardi 07 février dernier que ces esprits ont choisi pour mettre en branle leur machine de nuisance  profitant de l’absence du maire en voyage en Suisse.

En effet, ils ont déversé les élèves de certaines écoles de la localité dans la rue pour une marche de protestation qui a enfin échoué à la mairie d’Adjarra.  Au cours de cette marche, les élèves scandaient des slogans défavorables au chef de l’Etat et réclamaient les cours. Là encore, cela ne devrait étonner personne. Mais le véritable problème est que les autorités de la commune de ladite localité sont parvenues après les recoupements à démasquer les instigateurs de ce mouvement qui ne sont rien d’autre que des individus reconnues défavorables au maire Yaya Saka depuis qu’il avait pris les reines de la commune. Et le pot est vite découvert.  En effet ces autorités n’ont pas mis  du temps pour savoir que l’objectif premier de ces esprits est de discréditer  la première autorité de la commune d’Adjarra qui a amorcé depuis un moment une ère de rapprochement avec  le pouvoir en place. En effet, les gens veulent l’opposer au chef de l’Etat. Dans leur intention déjà maitrisée, il faut faire croire à Yayi Boni que c’est Yaya Saka qui soulève les élèves d’Adjarra contre lui.  Joint au téléphone depuis Genève en Suisse où il est en mission de travail, il a déploré cette manifestation   illégale parce que n’ayant même pas été autorisée par la mairie. Le 2ème adjoint au Maire, Nestor Toviehou, qui a accueilli les manifestants s’est   quant à lui,  étonné de la démarche en signifiant aux manifestants que la mairie n’est  pas l’employeur des enseignants. Cette manifestation ne trouve, de ce fait, son fondement nulle part. Il ajoute qu’aussi bien le maire Yaya Saka, ses collaborateurs directs que le conseil communal sont toujours préoccupés  de cette  situation de grève qui absolument ne défavorise que les élèves et leurs parents. Et ils le font savoir chaque fois que l’occasion le permet soit par des discussions directes, soit par des coups de fils avec les autorités en charge de l’éducation. Et d’ailleurs, la promptitude avec la quelle la commune d’Adjarra va au secours des écoles de tous les arrondissements de la localité viennent bien à propos. C’est sans doute pourquoi  de son séjour  en Suisse, le maire Yaya est très furieux et pense que force doit rester à la loi. Il considère ce mouvement à juste titre comme un trouble à l’ordre public qui sera puni comme tel conformément aux textes en vigueur dans notre Pays.

Geoffroy Wusa 

Publié dans Actualité

Commenter cet article