Lutte contre le trafic de stupéfiants : Kraké verrouillée aux trafiquants de drogue (Encore 2000g, 2 Nigérians et un véhicule Peugeot 406 arrêtés)

Publié le par L'informateur

Deux prises en 72 heures. C’est un exploit à mettre à l’actif du commissaire Mathias Agbotan et de ses éléments du commissariat spécial de Sèmè-Kraké.  Après la mise aux arrêts vendredi dernier seulement de 29 boulettes de drogue en poudre et de leurs porteurs, une importante quantité de drogue a été encore appréhendée dans la matinée du dimanche 18 septembre 2011; soit 72 heures après le premier coup d’éclat. Au terme de cette opération excellemment réussie par les hommes en uniforme basés à la frontière bénino-nigériane, plus de 2 mille grammes de drogue en poudre blanche, un véhicule Peugeot 406 immatriculé EG 204-ABJ, ont été saisis ; les deux occupants dudit véhicule, un homme (la cinquantaine environ) et une jeune fille superbement jolie (la vingtaine environ), répondant respectivement aux noms de Ogba Oméka et de Ikenga Mary, ont été arrêtés. En effet, les deux personnes citées supra, élégamment habillés et à bord d’une 406, avaient voulu traverser dimanche dernier, la frontière au niveau de Sèmè-Kraké. A première vue, on peut se dire qu’il s’agit d’un couple fortuné qui  était en train de passer avec faste sa journée dominicale après une semaine de travail bien accomplie. Erreur ! C’est compter sans le coup psychologique caché derrière cette apparence affichée par ces trafiquants de produit illicite, c’est-à-dire, la drogue. La vigilance étant de mise à la frontière de Sèmè-Kraké, les éléments en faction ont mis en application les fermes instructions données par leurs supérieurs hiérarchiques. A savoir que, tout véhicule et ou tout individu devant traverser  la frontière, doit être soumis à une fouille systématique et minutieuse.  C’est en ce moment que le pot-aux-roses a été découvert. Dans la malle arrière de la 406, se trouvait un sac anormalement gonflé qui a suscité la curiosité des policiers. Le contenu de ce sac est tout simplement écœurant : de la drogue en poudre blanche soigneusement emballée.  M. Ogba Oméka n’a pas mis du temps à passer aux aveux. Il a déclaré à l’interrogatoire qu’il était en partance pour Lomé où un client dont il n’a pas décliné l’identité l’attendrait. Il a aussi reconnu qu’il trafiquait de la drogue. Le Commissaire Mathias Agbotan n’a pas mis du temps à faire les formalités d’usage pour mettre les indélicats et leurs colis à la disposition de l’Ocertid, service chargé de lutter contre le trafic de drogue sur le plan national. M Ogba et son compère d’infortune sont aux mains des autorités compétentes pour répondre de leur forfait. 

Le moins qu’on puisse faire remarquer, c’est les prises successives de drogue à mettre à l’actif du commissariat spécial de police de Sèmè-Kraké. On peut dire sans risque d’exagérer que ceux qui sont en charge d’assurer la sécurité, c’est-à-dire la libre circulation des biens et des personnes à  cette frontière, ont mis en place un dispositif assez huilé qui donne du fil à retordre aux hors la loi. La frontière de Sèmè-Kraké  est visiblement verrouillée aux trafiquants de stupéfiants. Pour preuve, rien d’anormal ne passe sans être intercepté. Coup sur coup, les trafiquants de drogue ont été mis aux arrêts à la frontière bénino-nigériane. De gros points à l’actif de Mathias Agbotan et de ses éléments qui, de jour comme de nuit, veillent au grain.

 

Vivien MITCHAÏ

Publié dans Actualité

Commenter cet article