Janvier Yahouédéou sur Océan Fm hier : « On ne peut pas accuser Lawani sans Yayi Boni… »

Publié le par L'informateur

Les graves révélations faites par l’ex argentier national à travers un mémorandum et abondamment relayé par la presse nationale et internationale, ont été pour le député Janvier Yahouédéou, un baromètre pour établir la culpabilité du chef de l’Etat dans ce qu’il convient d’appeler la Cen-Sad Gate.  Invité hier, dimanche 5 septembre 2010 sur la radio Océan Fm, l’enfant terrible de Covè n’a pas fait dans la dentelle avant de souligner que la demande de mise en accusation de l’ancien ministre Soulé Mana Lawani exprimée par le président de la République ne saurait prospérer si lui-même n’est pas appelé à répondre de certains chefs d’accusation le concernant devant la Haute cour de justice. Pour lui, les faits dénoncés par cet ancien collaborateur du chef de l’Etat sont suffisamment accablants pour que la Haute autorité ne passe pas aussi devant la Haute cour de justice : « On ne peut pas accuser Lawani sans Boni Yayi ; de même, on ne peut pas accuser Boni Yayi sans Soulé Mana Lawani.  Les deux sont intimement liés. C’est pareil pour le ministre Zinzindohoué dans le dossier Icc-Services.  On ne peut pas accuser  Zinzindohoué sans Boni Yayi… »

Allant plus au fond du dossier Icc-Services, le député Fcbe en désamour manifeste avec le camp présidentiel, trouve que « Yayi est en plein dedans ». Il réaffirme la volonté farouche des parlementaires de traduire le chef de l’Etat devant la Haute cour de justice afin de connaître les tenants et aboutissants de cette affaire qui défraie la chronique. A la question de savoir par exemple comment l’opposition parlementaire parviendra-t-elle à obtenir les 56 voix pour faire passer le vote de mise en accusation du chef de l’Etat, l’honorable Yahouédéou répond avec aise : « Nous aurons au moins 60 voix pour faire passer ce vote. Tous les députés Fcbe ne sont pas des godillots ! Ils ont leurs parents, leurs familles qui ont été spoliés dans cette affaire… » Et pour conclure cette partie, le député suggère au président Yayi de démissionner de lui-même. Ainsi, il se serait sorti par la grande porte. Le député Yahouédéou trouve par ailleurs que le chef de l’Etat ne donne pas au changement le contenu voulu par la majorité des Béninois en le plébiscitant en 2006. Raison pour laquelle il envisage même une candidature parallèle à celle du chef de l’Etat en exercice au sein des Fcbe. « Avec Yayi Boni, c’est fini. Nous sommes (le groupe parlementaire Fcbe, Sursaut patriotique, Ndlr) en pourparlers avec l’Union fait la Nation et le groupe d’Abdoulaye Bio Tchané. D’ailleurs, qui vous dit qu’il n’y aura pas un autre candidat que Yayi au sein des Fcbe ? Fcbe n’est pas un regroupement politique dont la vision est le pillage de l économie nationale… », déclare le député qui est revenu de long en large sur d’autres scandales qui éclaboussent le régime du changement à savoir le sempiternel dossier machines agricoles et la mise en concession de l’Ocbn. Là également, Janvier Yahouédéou n’a pas fait de cadeau au président Boni Yayi qu’il accuse de couvrir ceux qui pillent les ressources de notre pays.

Ignace SOGLO

Publié dans Actualité

Commenter cet article