Inondation en pays Agonlin : Les eaux tuent une personne à Zagnanado

Publié le par L'informateur

Le phénomène cyclique d’inondation que l’on note au Bénin sévit de façon spéciale cette année à Zagnanado. Hormis les mares d’eau qui se dressent sur les voies, les populations de cette commune située dans le département du Zou traversent actuellement les plus douloureux moments de leur existence. Elles sont délogées de leurs villages pour occuper des écoles ou des hameaux dans les localités voisines. La situation prend une allure inquiétante dans le village d’Agonvè où un décès vient d’être enregistré. Mardi dernier en effet, un adolescent a perdu la vie, en tentant de traverser les eaux pour se rendre dans une localité mitoyenne à Agonvè. Le drame est survenu aux environs de quinze (15) heures au moment où les parents de la victime ont constaté la disparition de leur enfant. Ils se sont mis sitôt à sa recherche, mais ne l’ont pas encore retrouvé. Dans le village, on annonce que le petit a péri dans les eaux et que son cadavre est activement recherché. Les indicateurs sont donc au rouge à Agonvè. L’inondation sévit de plus belle. ‘’Sans vous mentir, la situation s’est aggravée. Ça c’est aggravé dans la mesure où à l’heure actuelle, il n’y a plus de maisons. Nous sommes sans abri et toute la population a quitté Agonvè pour regagner des hameaux. D’autres sont logées dans des écoles. Les Directeurs par le biais du maire ont affecté des salles de classes aux populations. Quatre autres villages de l’arrondissement de Kpédékpo sont déjà touchés par l’inondation’’, a expliqué Iréné Dossa, Chef du village Agonvè.

Pour le maire de Zagnanado, la situation s’empire et il faut sauver les meubles. ‘’ A l’heure où je vous parle, une grande épidémie s’annonce. Il n’y a pas d’eau potable et les enfants défèquent dans l’eau qu’ils boivent. Nous avons déjà lancé des appels Sos aux autorités compétentes, du moins au ministre de l’intérieur, au ministre de la décentralisation, au ministre de la famille, au ministre de l’agriculture, au ministre de la santé et aux Organisations non gouvernementales pour qu’ils puissent venir en aide à la population de Zagnanado. C’est vraiment urgent, parce qu’on a jamais vécu une telle situation. Il y a eu un décès avant-hier et l’eau a emporté encore le corps. Le cadavre n’est pas retrouvé jusqu’à l’heure où nous sommes. Tout le monde a peur. Le courant d’eau est très rapide. Les médecins en relation avec la Direction départementale de la santé sont déjà venus avec quelques moustiquaires que nous sommes entrain de distribuer. Ils nous ont offert aussi de l’Aquatabs et des produits pour rendre l’eau un peu plus potable’’, a indiqué Philipe Bognonkpè.

Parfait BOCO

Publié dans Actualité

Commenter cet article