Inceste à Sèhouè : Un responsable d’Eglise couche avec ses filles mineures

Publié le par L'informateur

Augustin A. sera jugé le 10 Août prochain pour avoir abusé sexuellement de 2 de ses filles mineures. Mais en attendant, il séjourne et ce, depuis deux semaines environ à la prison civile de Cotonou. Il est visionnaire et responsable d'une des paroisses de l’Eglise du Christianisme céleste d’une des localités de  Sèhouè dans la commune de l'Atlantique. Les victimes de cet abus de leur père géniteur sont âgées de 14 et 15 ans. Elles sont de mères différentes et logent actuellement chez les sœurs salésiennes à Zogbo après avoir fait un tour à la brigade de protection des mineurs à Tokplégbé.  A en croire leurs dépositions faites aussi bien à la brigade de Sèhouè, à la brigade de protection des mineurs que devant le juge des mineurs dans les enquêtes préliminaires, les faits sont confirmés. Mieux,  c'est depuis environ un an qu'il se comporte de la sorte avec elles.  Elles déclarent  aussi qu’elles ont toujours été incapables de lui résister quand l’envie le prend. Des fois, elles fuient et rejoignent leur frère dans une autre concession mais l’homme dont le procès est programmé pour le 10 Août 2011 Pour  abus sexuel sur ses filles se porte vers ce frère coupe-coupe en main menaçant de le tuer s’il ne libère pas les filles afin qu’elles retournent dans son lit. Signalons que le présumé abuseur de sexe de ses filles est polygames avec 4 femmes mais 2 ne sont plus sous son toit. Il s’agit des mères des filles en question. Pour réaliser son forfait, il a  trouvé le moyen de séparer ses deux femmes qui lui restent. Elles vivent dans une autre maison et lui dans une autre avec les filles victimes.   On raconte également que personne ne l’affronte dans le village. Ceux qui l’avaient tenté l’ont appris à leurs dépens. Mais cette fois ci, il est coincé dans les mailles des filets de la brigade de gendarmerie de sèhouè et  de certaines ong qui ont mis toute la pression nécessaire pour qu’il réponde de ses actes. Tous les  regards sont tournés vers le tribunal de première instance de Cotonou le 1 Août prochain mais signalons que certaines pressions se notent de sa famille pour fermer la bouche aux victimes. Mais d’autres voix s’élèvent également  pour encourager les enfants à dire la vérité et rien que la vérité pour la  justice afin qu’Augustin réponde de ses actes de pédophilie doublée d’inceste.

 

Geoffroy Wusa

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article