Gestion des affaires publiques : A quoi riment les marches de remerciement des populations

Publié le par L'informateur

Depuis quelques années sous nos cieux se développe une nouvelle forme de marche de soutien. Il s’agit pour les populations de marcher pour remercier le chef de l’Etat pour une action ou une décision qu’il a prise. Des marches qui laisse perplexe dans un monde où les peuples doivent exigeants et ou la reddition de compte est un critère de bonne gouvernance économique et politique.

« Nous remercions le chef de l’Etat pour sa volonté manifeste de conduire le Bénin au développement… » ; « Nous disons merci au président de la République pour cette décision qu’il a prise en faveur de notre localité… ». « Président, merci !... » ; voici pêle-mêle certains propos qui résument de fort belle manière les motions souvent contenues dans les discours des représentants des populations ou groupe de populations lors de certaines marches organisées çà et là sur l’étendue du territoire national. Ces marches sont organisées pour dire aux décideurs politiques combien le peuple leur en sait gré par rapport à certaines actions menées. Et c’est bien de cela que ressort le sens de la perplexité qui s’accapare de tout observateur averti de la marche des peuples vers un développement harmonieux. Et pour cause !

Les décideurs politiques soit ils sont nommés et c’est le cas des ministres et autres cadres des départements ministériels, soit ils sont élus ; c’est le cas du président de la République, des députés de l’Assemblée nationale, des élus consulaires, de certains conseillers du conseil économique social (Ces). Quelque soit l’origine du pouvoir de chacun de ces décideurs publics, ils tirent leur légitimité du peuple directement ou indirectement. Mieux ils doivent leur légitimité à ce peuple. Ceci implique qu’ils doivent faire quelque chose en faveur de ce peuple. Ces actions qui relèvent plus ou moins de leurs fonctions  dans l’appareil administratif et ou social du pays.  Alors que ce soit une fonction ou un rôle il est clair qu’il ne s’agit pas d’une faveur faite au peuple ou d’une action qui pouvait ne pas être menée, mais que la personnalité en question arrive à faire mettre en œuvre par extraordinaire. Ceci est d’autant plus important à faire savoir puisque de plus en plus beaucoup de population se livrent à ce sport favori de marche de remerciement d’une autorité pour l’action qu’elle a posée. Drôle de conception de la gestion de la chose publique. Tout se passe comme si les dirigeants politico-administratifs viennent en Messie sauveteur du peuple.

Le dirigeant élu devraient poser les actes qui sont l’avantage des populations qu’ils sont pourtant appelés à diriger. Il est presque question de faire ce pourquoi ont a été élu ou nommé. Alors on comprend la perplexité quant à la tenue de telles marches. De même si l’on considère que la reddition de compte est désormais partie prenante du dispositif de gestion des affaires publiques, il est inconcevable que des populations se jettent dans la rue pour dire merci pour une décision prise ou pour une action menée. Car si le peuple à qui on doit reddition de comptes se met à remercier le décideur comme un philanthrope, le jeu risque d’être fauchés !...

Claude ALOFA

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article