Gestion de l’Assemblée nationale : Lani Davo dénonce Nago

Publié le par L'informateur

L’ancien ministre de l’enseignement secondaire Lani Davo a dénoncé, hier, la gestion du président de l’Assemblée nationale Nago. Il  trouve que le parlement est mal géré.

« Si jusqu’à présent, le président de l’Assemblée nationale n’a pas encore présenté son rapport, ce n’est pas une bonne chose. Je peux dire que le parlement fonctionne mal. Le président Mathurin Nago n’est pas à la hauteur de la mission à lui confiée. S’il n’avait pas le soutien du chef de l’Etat, il serait destitué. », a déclaré l’ex-ministre de Boni Yayi.  

Selon Bernard Lani Davo, le président Mathurin Nago n’est pas en train d’accomplir sa mission. Une fois, l’ancien président  de l’Assemblée national  Adrien Houngbédji devait voyager. Mais il a présenté d’abord son rapport avant de prendre le vol. Il n’est pas dit qu’il faut débattre du rapport en même temps. Les débats peuvent avoir lieu après la présentation du rapport. Là, Mathurin Nago pouvait le faire avant de s’envoler pour sa mission au pays de Fidèle Castro, la République de Cuba.

Lani Davo est resté dans la même logique au sujet de l’échec de la première tentative de la modification de la loi fondamentale. Lorsque le chef de l’Etat a enclenché le processus de la révision de la Constitution, il revient au président de l’Assemblée nationale  de le parachever, estime-t-il sans détours. «  Il appartient au parlement  d’engager les discussions avec les autres structures pour aboutir à la révision de la Constitution », a-t-il précisé. Même s’il ne veut pas porter le chapeau de l’échec de la première tentative de la révision au parlement, il  déplore le manque de discussions à l’hémicycle sur la question. « Si je suis au parlement, je vais me battre pour  expliquer aux députés la nécessité de revoir certaines dispositions de la Constitution. », a-t-il affirmé sans ambages.

Un tel échec est à l’origine du retrait du projet des coulisses du palais des gouverneurs à Porto-Novo.   « Le chef de l’Etat s’est rendu compte que les gens n’adhèrent pas la  procédure qui est  en cours. », a-t-il dit.  Il soutient que la loi fondamentale a besoin d’être toilettée. La révision de la Constitution n’est pas, précise-t-il, nécessaire mais utile. L’ancien baron du Psd de Bruno Amoussou a expliqué que la révision a été enclenchée depuis 1995.

Lani Davo s’en prend à tous les proches du pouvoir qui sont contre la relecture de la loi fondamentale. Les hommes de la mouvance, qui croient à un troisième mandat de Boni Yayi,  sont de mauvaise foi, à l’en croire.  « Nous, qui sommes avec le chef de l’Etat, ne l’accompagnons pas. Ce n’est pas parce qu’il a une nouvelle République que Yayi va se représenter», a déclaré l’invité de Canal 3 Bénin. Beaucoup  crient à la refondation sans accompagner  Yayi dans la réalisation de la refondation, selon lui. L’ancien ministre de l’enseignement secondaire ne comprend pas pourquoi des hommes du régime doutent du départ de Yayi en 2016. Il demande aux uns et aux autres de consolider les institutions de la République, et par ricochet, la démocratie béninoise.

En ce qui concerne la résiliation du contrat de Benin Control, l’ancien député prend position pour le régime. Il a fait savoir que le gouvernement est composé des gens  responsables. L’objectif du Programme de vérification (Pvi)  est d’améliorer les recettes de l’Etat. Si le gouvernement arrive à cette décision, il l’a fait dans l’intérêt supérieur de la nation, à l’entendre parler.

Lani Davo  se dit prêt  pour la révision de la Constitution, en faisant foi aux nombreuses déclarations de Boni Yayi de ne pas briguer un troisième quinquennat anticonstitutionnel.

Aziz IMOROU

Publié dans Politique

Commenter cet article