Entretien Télévisé d’Irénée Koupaki : « Il faut un équilibre à la politique salariale »

Publié le par L'informateur

Le premier ministre est intervenu hier sur la télévision nationale. Le problème récurent  de l’heure est la grève des enseignants du maternel, primaire et secondaire qui  perturbe le secteur éducationnel. Face à ce sujet, le premier ministre affiche son optimisme quant à la résolution de la grève. Il affirme : « Je ne perds pas espoir ». Cependant il  a démontré une fois encore que le gouvernement ne peut satisfaire aux revendications des enseignants. Aussi a-t-il évoqué la situation conjoncturelle sur le plan international. Mais plus encore, il rassure que le dialogue n’est pas rompue avec les enseignants. Toutefois, il n’y a pas de possibilité d’accroitre la masse salariale de peur de se mettre à dos les institutions financières internationales.

In fine le premier ministre préconise une pause. Une pause pendant laquelle le gouvernement va prendre la mesure du poids de la masse salariale et les incidences que cela induit sur le budget de l’Etat, dans l’optique de l’élaboration d’un projet de statut de la fonction publique. Ceci pour une réforme de la fonction publique. Faut pas oublier que le gouvernement de Yayi a pris le pouvoir avec une dette de 180 milliards de dette à l’endroit des travailleurs. Sur la question  de défalcation, il dit que c’est une mesure que leur reconnait le droit de travail. «  On ne peut pas payer les enseignants tandis que les enfants sont à la maison » a-t-il martelé.

Oswald DOSSEY

Publié dans Actualité

Commenter cet article