Enregistrement biométrique dans le Zou : Bako prépare un sale coup dans le fief des Soglo

Publié le par L'informateur

Les responsables en charge de conduire les opérations de la réalisation de la Lépi, n’ont pas fini d’écrire les pages noires de la mise en place de cet instrument ô combien délicat. Alors que les populations de l’Ouémé-Plateau continuent de grogner, alors que les Cotonois ruminent toujours leur colère par rapport aux statistiques issues de l’enregistrement biométrique communiquées par la Cps-Lépi, le Superviseur général, Arifari Bako, prépare un sale coup dans le Zou, fief naturel des Soglo et donc de l’Union fait la Nation. En effet, hier jeudi 11 novembre 2010, des agents des démembrements de la Commission politique de supervision de la Lépi positionnés dans le Zou, ont sillonné des communes du département, pour convier, sur instruction de M. Bako, disent-ils, les maires à une réunion prévue pour ce jour, vendredi 12 novembre 2010 à 10 heures à la salle de conférence de la Préfecture d’Abomey, ex Conseil provincial de la révolution (Cpr).

La première inquiétude dans cette rencontre précipitamment convoquée est liée au caractère verbal de cette invitation. Pour une réunion de cette envergure, les structures de la Cps-Lépi n’ont pas daigné adresser des courriers officiels aux maires pour les inviter à cette rencontre. Des autorités communales ont été prises sur le vif hier pour une séance de travail qui doit avoir lieu ce matin à 10 heures. C’est là une première bizarrerie.

Deuxième anicroche : Des informations glanées ça et là, il ressort que la réunion convoquée précipitamment pour ce jour, se situe en droite ligne des préparatifs pour le lancement de la phase d’enregistrement biométrique dans l’aire opérationnelle Zou-Collines. Le démarrage de cette phase de l’enregistrement dans les communes du Zou-Collines est donc imminent. Or, ce n’est que le vendredi dernier que l’appel à candidature pour le recrutement des opérateurs devant se consacrer à l’enrôlement des populations dans cette aire opérationnelle a été clôturé. On se demande alors quand est-ce que ces agents ont été sélectionnés, formés, pour que l’on prépare à la va-vite le lancement de l’enregistrement. N’est-on pas en train de précipiter les choses pour que l’on assiste, comme c’est le cas dans l’Ouémé-Plateau, à des situations où des agents enregistreurs, incapables de manipuler l’ordinateur, sont positionnés devant des Kits. C’est quand même curieux qu’à chaque fois, et ce depuis que la 3ème phase de la Lépi a commencé, on envoie des ‘’cobayes’’ dans les fiefs de l’opposition.

Sur un autre plan, il faut relever que la loi 2009-10 du 13 mai 2009 portant organisation du Rena et réalisation de la Lépi qui recommande que l’enregistrement se fasse aire opérationnelle par aire opérationnelle, continue d’être foulée aux pieds. Les enregistrements biométriques se font simultanément dans les départements. Alors que le Mono-Couffo n’a pas encore fini cette phase, Bako s’apprête dans sa logique de marche forcée à lancer les opérations dans le Zou-Collines. En tout cas, les populations concernées sont déjà informées de ce coup qui se prépare contre elles et s’apprêtent à manifester leur désapprobation si tant est que l’équipe de Bako va saboter cette phase capitale de la Lépi dans leur département.

Vivien MITCHAÏ

Publié dans Actualité

Commenter cet article