Enlèvement d’enfants : Résurgence du phénomène à Cotonou

Publié le par L'informateur

Comme si cela devrait toujours se produire  à la veille  des fêtes  de fin d’année, le phénomène de vol d’enfants a repris au Bénin. Les  voleurs  d’enfants sont à nouveau dans la cité. Ils circulent de localité en localité à la recherche de gamins à sacrifier pour se faire de l’argent. Certains enfants ont déjà fait les frais de cette vilaine pratique  qui fait parler plus d’elle en cette fin d’année à Cotonou.  D’autres enfants peuvent en faire aussi les frais, si leurs parents ne prennent  pas suffisamment soins d’eux. La semaine  dernière encore,  un gamin a été enlevé  à  Avotrou à Cotonou par des inconnus.  Revenant des classes aux environs de douze (12)  heures, ce garçon  en classe de 6ème   a été interpellé par deux individus à bord d’un véhicule 4x4  de vitres tintées.  Il a été enlevé  et conduit manu militari  par ses envahisseurs  vers des ‘’Alladjas’’ à qui il devrait être vraisemblablement  cédé. Mais les négociations n’ont pu aboutir  et la victime a été relâchée quelques heures après.  Déposé devant l’Eglise Sainte Trinité d’Avotrou (lieu où il a été enlevé),  l’enfant  a été finalement retrouvé  par ses parents. Conduit chez le Curé de la Paroisse Sainte Trinité pour une séance d’exorcisme, l’enfant a commencé par vomir des pièces d’argent.  Il a vomi un cauris, une pièce de 500 Francs Cfa, une autre  de 10 Francs Cfa, une capsule de bouteille  de boisson ‘’Youki’’  et bien d’autres objets, avant de retrouver  ses sens. « J’ai quitté l’école à 12 heures  pour me rendre à la maison.  J’ai fait d’abord un tour à la Paroisse Sainte Trinité pour faire la prière. Au retour de la prière,  j’ai rencontré deux personnes  qui m’ont demandé de m’arrêter.  Elles ont d’abord klaxonné  avant de me dire come. Je leur ai dit que ne comprenais pas l’Anglais  et que ce que je voulais,  c’est de me laisser partir.  Quand j’ai voulu fuir, une personne est descendue du véhicule  et s’est saisie de moi.  Elle m’a donné  un coup au dos et a fermé ma bouche. Elle m’a jeté  dans le véhicule  dans lequel se trouvait  un autre garçon,  mais plus âgé que moi.  Nous étions tous deux embarqués  derrière la voiture.  J’ai demandé  à mon second où est ce qu’on allait. Il m’a  conseillé de me taire  le temps de voir ce qui allait se passer.  Quelques minutes après,  on nous amène  chez deux Alladjas à un endroit que je ne maitrisais pas du tout.  Les deux hommes sont allés  causer avec les Alladjas  pendant mon ami et moi étions dehors.   Une fois la causerie terminée, ils sont revenus pour nous  donner quelque chose à boire. Moi je leur ai dit que  je ne pouvais pas boire ce qu’ils nous ont offert.  Je leur ai demandé de me donner de l’eau simple ‘’pure water’’. Ce qu’ils m’ont donné. Mon second  qui a bu le liquide qu’ils nous ont servi s’est évanoui. Ils nous ont ramené ensuite à la plage. Mais là, il y avait les chistinanistes célestes. Ils ont retourné le véhicule. J’ai commencé par faire du bruit et ils m’ont ramené devant l’Eglise Sainte Trinité d’Avotrou,  où ils m’ont relâché à coup  de menaces.», a déclaré la victime.

Ce jeune garçon a échappé  donc de justesse à la mort. Si leur plan marchait, les enleveurs  pourraient se servir de lui pour obtenir ce qu’ils veulent. Mais heureusement pour le petit. Dieu était avec lui. Comme ce gamin, ils sont nombreux à être enlevés par les sans foi ni loi  pour des fins inavouées à la veille des fêtes de fin d’année. Les parents sont donc invités à veiller plus sur leurs enfants en cette période critique.

Parfait BOCO

Publié dans Actualité

Commenter cet article