En prélude au match Ethiopie contre Bénin : Yayi reçoit Akplogan, Anjorin et les entraîneurs

Publié le par L'informateur

Le chef de l’Etat a reçu, jeudi 23 février 2012 une délégation au sommet au niveau du football béninois. Comme on peut s’en douter, le président de la République a consacré un bout de son calendrier très chargé, du fait de ses nouvelles charges (récemment élu président de l’Union africaine) au sport roi. Evidemment, l’enjeu est de taille. Puisque dans quelques jours, le onze national s’expliquera face à son homologue de l’Ethiopie.

Ainsi donc, dans le cabinet du chef de l’Etat hier, l’entraineur national des Ecureuils, Manuel Amoros, de même que son adjoint. Aux côtés de ses deux techniciens, le ministre de la jeunesse et des sports Didier Akplogan et le président de la fédération béninoise de football, Anjorin Moucharaf.

Faut-il le préciser, cette rencontre est une première depuis que Manuel Amoros est venu à la tête de la sélection nationale. A plusieurs égards, l’audience du chef de l’Etat présente bien d’avantages.

D’abord, cela revigore le nouvel entraîneur. C’est la preuve que le premier des Béninois les suit de très près. Aussi, doit-il se prendre vraiment au sérieux pour mériter la confiance de tout un peuple. D’ailleurs, Boni Yayi le lui a clairement signifié lors de cette audience solennelle. Il n’a pas marché sur ses mots ; puisqu’il connait le joueur en équipe de France. Le président béninois attend alors de Amoros qu’il s’illustre aussi en un entraîneur de classe, tout comme il a été brillant sur l’aire de jeu.

Ensuite, cette audience vient galvaniser le ministre de la jeunesse des sports, Didier Akplogan qui se bat, bec et ongle pour que le foot béninois sorte enfin des sentiers battus. Que dire alors d’El hadj Anjorin Moucharaf qui se relève après une longue bataille…Inutile de revenir ici sur ces compatriotes qui savent réveiller les vieux démons à la veille de chaque importante confrontation. Cette audience leur est dédiée pour que la balle soit remise à terre. Vraiment !

Enfin, les joueurs, à la simple nouvelle que le chef de l’Etat est en communion avec eux, ou du moins avec leurs dirigeants pourrait leur faire remonter le moral. Surtout qu’on apprend que les professionnels ne fouleront pas le sol de Cotonou avant l’expédition éthiopienne.

F. Kpochémè

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article