Elections législatives et présidentielles de 2011 : La Cour somme Yayi de convoquer le corps électoral

Publié le par L'informateur

On peut commencer par pousser un ouf de soulagement si les informations qui nous parviennent de l’autre côté de la Cour constitutionnelle se traduisent les jours à venir dans la réalité.  En effet, il se susurre dans certains milieux politiques que les 7 sages de la Cour, auraient rappelé au président de la République que, pour répondre à l’impératif constitutionnel  à savoir, organiser les élections de 2011 à bonne date, le corps électoral doit être convoqué dans la première semaine du mois de mars au plus tard. Ce faisant, la Cour constitutionnelle n’a fait que rappeler à Boni Yayi ce qu’il est supposé savoir déjà : les Béninois doivent être appelés aux urnes en mars 2011. Les 7 sages de la Cour n’ont fait que rappeler au premier magistrat que, en tant que chef de l’Exécutif, il doit fait tout ce qui est en son pouvoir pour l’organisation pratique des élections sans heurts ni anicroches.

Par rapport à cette démarche de la Cour, on se rend compte que les 7 sages (qui ne sont pas des extraterrestres) sont aussi préoccupés, autant que le peuple béninois, par l’impasse dans laquelle on est plongé par rapport aux scrutins de 2011. Et parlant d’impasse, on saute pieds joints sur les lois électorales qui font des va-et-vient entre la Cour constitutionnelle et l’Assemblée nationale, sur l’imbroglio de la Lépi.

 Si pour le premier point, la balle est à nouveau dans le camp de la Cour, pour ce qui est de la Lépi, il est à envisager au plus tôt un consensus entre les différents protagonistes afin qu’ils trouvent un modus vivendi et un modus operandi susceptibles de passer le cap de 2011 dans la paix.  C’est une évidence aujourd’hui qu’on ne saurait envisager  l’utilisation de la Lépi Bako pour les élections de 2011. Il va falloir que sans passion, les discussions se poursuivent  autour de l’option de la ‘’Liste ad’hoc ‘’, au niveau du parlement, au niveau de la Cour qui a conscience de ce qu’il y aura élections en 2011. Ainsi le Bénin aurait vaincu une fois encore la fatalité en organisant des élections libres et transparentes à l’issue desquelles les résultats sont acceptés par tous.

Vivien MITCHAÏ 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article