Egrenage du coton : Martin Rodriguez s’oppose à la sous-traitance

Publié le par L'informateur

Le Dg/Mci Gilles Lalèyè (privé) s’est opposé, hier sur Golfe Tv, à la sous-traitance dans le cadre de l’égrenage du coton. Mais le Dg/Sodeco Moujaïdou Soumanou (Etat) persiste et signe.

 

Soumanou Moudjaïdou  a expliqué que la Société de développement de coton (Sodeco) est prête à affecter une partie de son quota à Mci. Là, l’usine de Martin Rodriguez va être sous-traitée. L’Etat va  le payer au prorata du travail abattu. «On va lui payer les frais de ses prestations», précise le Dg/Sodeco. La Sodeco n’a pas eu le nombre de tonnes de coton qu’elle souhaite avoir pour satisfaire ses clients. Mais elle entend faire des concessions à Marlan’s coton industrie (Mci) en lui accordant quelques tonnes. Ce qui va permettre à l’usine de fonctionner à Nikki pour générer des emplois aux jeunes. Et si Mci veut revenir dans le mécanisme, il va respecter l’accord cadre à la lettre pour la saison cotonnière prochaine.

Mais une telle approche de solution n’a pas reçu l’adhésion de la partie adverse. Le Dg/Mci a opposé une fin de non recevoir à cette forme de sous-traitance. «Mci veut travailler à ses propres comptes », rétorque Gilles Lalèyè. Selon lui, on veut amener le groupe Marlan’s coton industrie à la faillite et à la banqueroute. Il n’est pas question de jeter Mci hors du secteur cotonnier. Il ne connaît pas une usine privée qui participe à la production de l’or blanc au Bénin. L’Etat doit rendre chaque acteur responsable de sa zone d’influence.

Un débat contradictoire qui n’a pas apporté de solution à la situation cotonnière de Nikki. Les deux protagonistes sont restés campés sur leurs positions. La fin de la bataille entre la Sodeco (Etat) et le groupe Mci (privé) n’est pas pour demain. L’usine de Martin Rodriguez reste, en tout cas, fermée au grand dam des populations de Nikki.

Le directeur général de la Société de développement de coton (Sodeco) a énuméré  les raisons qui sous-tendent l’écartement de Mci du jeu. Selon Moujaïdou Soumanou, le groupe Marlan’s coton industrie  n’a pas participé à l’encadrement, au financement et à la production de coton depuis des années. Il n’est pas question qu’il vienne à la fin pour le partage des fruits. L’usine de Martin Rodriguez a  participé à la déconfiture du coton. Et il est sanctionné pour le non respect de l’accord cadre dans le domaine de l’or blanc au Bénin. 

Mais le directeur de Mrlan’s coton industrie (Mci) Gilles Lalèyè n’entend pas de la même oreille. Il a démontré que Mci n’intervient pas  dans les zones du Sud où le coton a chuté. Il n’existe pas d’article dans  l’accord cadre qui autorise l’écartement du Mci. On a exclu l’usine de Martin Rodriguez  pour faciliter la tâche à la Sodeco qui a fait beaucoup de placements.  Selon Giles Lalèyè, aucun article de l’accord n’oblige un privé à participer à l’encadrement, au financement et à la production de coton. L’argument de Soumanou vise à exclure Mci de la chaîne cotonnière.

 

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article