Dossier vol de drogue au tribunal de Ouidah : Un capitaine de gendarmerie fortement impliqué

Publié le par L'informateur

Déjà plusieurs arrestations dans le dossier relatif au vol des drogues saisies et gardées au tribunal de Ouidah.  Dans le lot des prévenus, on retrouve deux agents des forces de l’ordre. Des gendarmes en l’occurrence. Ils sont gardés à la maison d’arrêt de la ville. En attendant le jour du jugement pour que les responsabilités soient situées, le constat est que ce dossier qui défrai e la chronique n’a pas encore livré toutes ses vérités.

En effet, des sources généralement bien informées indiquent que d’autres gendarmes sont également impliqués dans le dossier, notamment des officiers. Les sources insistent à citer le nom d’un jeune  capitaine de gendarmerie très célèbre de part ses actions d’éclat lorsque des malfrats tombent dans ses filets.

 

Son implication serait à deux niveaux

Primo, les deux gendarmes ne sont pas allés opérer au domicile du transitaire Janvier Agbo dans la commune d’Abomey-Calavi sans l’aval de leur chef, un capitaine de la gendarmerie. La mission est donc officielle.

Secundo, ils sont allés rendre compte au supérieur de retour de la mission ; une mission qui a porté ses fruits. Puisqu’’au domicile du sieur Janvier Agbo, après une fouille minutieuse, il a été découvert un petit sachet contenant 300 millions. Ce qui a confirmé les soupçons qui ont amené les alliés du transitaire à s’en référer aux forces de l’ordre pour aller prendre de coup M. Agbo.  Il est aussi à signaler que cet officier aurait eu sa part du butin. Une importante somme.

Lorsque le transitaire, n’en pouvant plus, a décidé de mettre sur la place publique tout le dossier, à commencer par le dernier feuilleton qui a eu lieu chez lui où il a vu 300 millions s’envoler sans pouvoir faire objection, des arrestations ont été faites. Mais jusque là, pas encore tous ceux qui sont réellement impliqués dans le dossier.  D’autres  sont allés se cacher pour ne pas attirer l’attention  de ceux qui ont à charge le dossier. D’autres par contre, en toute liberté, pavanent.  Parce qu’ils ne sont pas inquiétés. Les investigations doivent pouvoir être menées dans ce sens.

Pour rappel, des  culottés ont pris le risque d’aller briser les scellés du magasin de stockage des drogues saisies au niveau de cette juridiction depuis des années. Pour la plupart, il s’agit de drogues arraisonnées suite au chavirement d’une barque le long de la plage Djègbadji à Ouidah. La quantité  de drogue vidée  du magasin du tribunal est si importante  qu’elle a généré quelque 500 millions. Mais le sieur Agbo n’aurait déclaré que 200 millions. Dès lors ses coéquipiers ont commencé par le filer ;  jusqu’à instruire des gendarmes qui ont découvert le pot au rose.  Mais les 300 millions ne sont pas non plus allés à destination. Les gendarmes n’auraient à leur tour déclaré que 100 millions de francs après la mission chef M. Agbo.  Ce dernier, quoi que fautif à double titre, n’entendait pas donner sa langue au chat. Il a saisi le procureur  près le tribunal de 1ère instance d’Abomey. Désormais c’est le tribunal de Ouidah qui gère ce dossier. Et le juge d’instruction doit faire l’effort d’appréhender tous les présumés auteurs et autres complices dans cette affaire de poudre. Dans tous les cas, le juge d’instruction et le parquet de Ouidah jouent leur crédibilité. Puisque le vol a eu lieu dans leur lieu de travail. Les magistrats sont donc défiés, à juste titre. Ils doivent pouvoir décourager à jamais ces pratiques qui consistent à voler même ceux qui  sont chargés de vous juger.

 

Vivien Michaï

Publié dans Actualité

Commenter cet article