Distribution des moustiquaires imprégnées : Comment des agents ont saboté l’initiative de Boni Yayi

Publié le par L'informateur

Le Chef de l’Etat fait de la lutte contre le paludisme une priorité. C’est dans ce cadre qu’il a déclaré à l’orée de son second mandat la  gratuité des soins contre le  paludisme. Grâce au soutien des Partenaires techniques et financiers, un important lot de moustiquaires imprégnées  a été acquis au profit des ménages.  Des agents ont été recrutés pour distribuer  ces moustiquaires imprégnées dans tout le pays. Ils sont postés à des endroits dans chaque quartier pour servir les populations  qui  font le déplacement. Il faut aussi préciser que cette opération est placée sous la supervision  du ministère de la Santé publique. La vision de Boni Yayi est de doter  chaque ménage  au moins d’une moustiquaire imprégnée pour vaincre le paludisme. Mais cette  ambition nourrie  au sommet de l’Etat est sabotée par certains individus qui ont  mis à mal l’opération de distribution gratuite des moustiquaires imprégnées.

A Cotonou dans le  département du Littoral  comme à Porto-Novo  dans l’Ouémé  et partout ailleurs au Bénin, des agents distributeurs ont saboté par leur indélicatesse la campagne de distribution des moustiquaires initiée par le Chef de l’Etat au profit des populations.  Dans certains quartiers de la capitale économique du Bénin, on a assisté à des soulèvements tous azimuts  des populations  bénéficiaires à l’occasion de cette  campagne qui s’est déroulée du vendredi dernier à hier lundi.  La mauvaise organisation de l’opération  est à l’origine de cette situation.  Les populations sont livrées  aux intempéries  pendant que les agents distributeurs se  tapent la part grosse du cadeau de  l’Etat. En effet, des   agents ont gardé sur eux  plusieurs  coupons de  retrait des moustiquaires imprégnées  lors de la dernière  campagne de vaccination contre la poliomyélite. Avec ces coupons,  ils se font servir n fois les moustiquaires imprégnées au détriment des populations. La  stratégie  consiste à insérer  fréquemment dans les rangs les leurs.  Le comble, c’est que ces moustiquaires imprégnées  volées aux populations sont commercialisées.  Au quartier Enagnon, un  agent  distributeur   a été surpris  en train de commercialiser les moustiquaires imprégnées. L’unité était vendue à 1000 Francs Cfa.  Cet agent (une femme) a été dénoncé  par les populations, mais n’a pas été sanctionné pour son acte.  « Elle vend l’unité à 1000 francs Cfa. C’est elle  qui est venue dans nos maisons  nous partager les coupons.  Elle a gardé plusieurs  papiers  à la maison  et envoie ses enfants  taper la part grosse.  Elle peut envoyer un même enfant 10 fois.  Il y a pleins de moustiquaires chez elle. Ce n’est pas sérieux », se plaignent les populations du quartier Enagnon. 

Un peu plus loin à Agla, outre  la grande défaillance  constatée dans le système de  distribution des moustiquaires imprégnées,  les populations dénoncent la mauvaise volonté des agents  distributeurs. «  On est arrivé ici depuis 7 heures.  On est resté ici de 7 heures  à 13 heures sans pouvoir être servi.  A 13 heures, ils se sont levés pour aller manger. Nous autres sommes toujours restés  à nos places.  A notre grande surprise ils sont revenus plus tard pour dire qu’ils ne pourront plus continuer l’opération que de revenir demain. Ils sont repartis chez eux alors qu’il ne sonnait même pas encore 16 heures.  Alors que la distribution des moustiquaires imprégnées doit se faire jusqu’au moins à 17 heures », se  désole un citoyen du quartier Agla. 

Dans les départements de l’Ouémé-Plateau, c’est  à un vol de balles de moustiquaires imprégnées que l’on a assisté.  On estime à 112  le nombre de balles  de moustiquaires imprégnées disparues mystérieusement  d’un magasin  à la Direction départementale de la santé. 

A ces irrégularités, il faut ajouter plusieurs autres commises par les agents chargés de la distribution des moustiquaires imprégnées. Et il urge que des  enquêtes  soient menées et  des sanctions tombent.  La refondation prônée par le président de la République passe  par là.  ‘’Refonder c’est aussi  changer de comportement’’, dira l’autre.

Parfait BOCO

Publié dans Actualité

Commenter cet article