Discours sur l’état de la nation à l’Assemblée nationale ce jour : Yayi attendu sur le scandale Icc-Services

Publié le par L'informateur

Sacrifiant à un devoir constitutionnel, Boni Yayi fait aujourd’hui le discours sur l’état de la nation  au parlement. Les Béninois attendent le chef de l’Etat sur le dossier Icc-Services estimé à plus de 100 milliards de francs Cfa. Un scandale qui a fait des milliers de victimes.

«Le président de la République adresse une fois par an un message à l’Assemblée nationale sur l’état de la nation », dispose l’article 72 de la  constitution. Mais le rocambolesque dossier Icc-Services  intéresse plus les Béninois, sinon les spoliés du placement illégal des fonds.

« Je ne sais pas de quoi le chef de l’Etat veut parler dans son discours. Mais le remboursement de mes millions engloutis dans Icc-Services me préoccupent pour l’heure », a lâché un spolié. « Il faut que le président Boni Yayi nous dise clairement la date du paiement des déposants de Icc-Services », renchérit son vis-à-vis.

Le dossier Icc-Services est un scandale financier qui a secoué le gouvernement Boni Yayi au premier quinquennat. Une vaste « escroquerie » qui a éclaboussé des autorités au sommet de l’Etat. Les responsables Guy Akplogan et Emile Tégbénou ont fait un appel public à des fonds privés. En vue de gagner des gains faciles, des milliers de Béninois ont mordu à l’appas. Cette structure de placement illégal d’argent a « escroqué » plus de 100 milliards au sein de la population béninoise. Le gouvernement a emprisonné les cerveaux de cette  « duperie » financière. Mieux, Boni Yayi a promis, lors de la présidentielle de 2011, d’œuvrer pour que les épargnants rentrent en possession de leurs sous. Mais depuis rien n’y fit.

Pour les spoliés, le moment est venu pour que le président de la République les fixe. Ils souhaitent que Boni Yayi profite du message sur l’état de la nation pour aborder cette affaire. Les populations, pour ne pas  dire les déposants de Icc-Services, attendent l’homme de Tchaourou à ce niveau. Il en est de même pour des parlementaires de l’opposition et de la mouvance.

Mais les députés  ne sont pas appelés à intervenir dans ces genres de déclarations du chef de l’Etat à l’hémicycle. Ces messages ne donnent lieu, dit la constitution, à aucun débat. Ces déclarations peuvent, toutefois, inspirer les travaux de l’Assemblée nationale, précise la loi fondamentale.

Le président de la République va s’adresser directement à son peuple. Les réalisations du gouvernement de la refondation au cours de l’année 2011 vont meubler le discours du manitou de la Marina. Mais les Béninois, sinon les spoliés, attendent Boni Yayi sur le remboursement des victimes du dossier Icc-Services.  

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article