Désengorgement des Facultés à double effectif : La Fadesp à Tchaourou et la Faseg à Savè dès cette rentrée

Publié le par L'informateur

Deux nouvelles facultés  verront le jour  dans les  communes de Tchaourou et Savè  dès la rentrée universitaire 2011-2012. C’est la bonne nouvelle  qui ressort d’une séance de concertation  entre les acteurs du monde universitaire cette fin de semaine dans le septentrion. Pour désengorger  les facultés à double effectif sur d’autres sites, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique  a décidé  de créer des centres universitaires  à travers certaines communes.

C’est dans ce contexte que s’inscrit  l’ouverture de deux nouvelles facultés sous tutelle de l’Université de Parakou dès cette rentrée universitaire. Il s’agit de la Faculté  des droits et sciences politiques (Fadesp), prévue  pour être implantée  à Tchaourou et de la Faculté  des sciences de gestion (Faseg)  à Savè. Des dispositions sont prises pour assurer des formations de qualité dès cette rentrée académique au niveau de ces deux facultés. Le personnel enseignant est disponible et les infrastructures  devant abriter les étudiants  sont déjà ciblés. Les petits plats  sont mis dans les grands  pour faire du projet d’ouverture  de ces deux facultés  une réalité. C’est du moins  ce que laisse croire le Coordonnateur  du projet Léon Bio Bigou : « Les enseignants  qui doivent intervenir  dans ces deux facultés  marquent leur disponibilité. Il y a déjà 35 volontaires contre un minimum de  13  que nous voulons  pour démarrer.  A la Faseg, tout est prêt  et les infrastructures sont déjà là ».

Pour le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, la concrétisation du Projet d’ouverture de deux nouvelles facultés à Tchaourou et Savè participe de la politique du gouvernement de garantir une formation et une éducation  à tout le monde. « Pour désengorger  les facultés à double effectif sur  d’autres sites,  nous avons fait appel  à des communes  pour nous aider. Car la formation  et l’éducation concernent  tout le monde.  Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a entrepris donc des actions qui vont dans le sens de décongestionner les entités pléthoriques de nos universités publiques. Et c’est ce qui motive la création de deux nouvelles  facultés à Tchaourou et Savè », explique  François Abiola.

L’atelier  de 48 heures  qui a réuni  cadres du ministère de l’Enseignement supérieur, autorités rectorales,  enseignants et élus locaux  cette fin de semaine dans le septentrion  accouche donc d’une bonne nouvelle.  Celle de l’ouverture  de deux nouvelles facultés à Tchaourou et Savè  dès la rentrée universitaire 2011-2012.

 

Le dynamisme du ministre Abiola

La création  de deux  nouvelles facultés à Tchaourou et Savè  dès la rentrée universitaire 2011-2012  est sans nul doute  une bonne nouvelle  pour la communauté universitaire. Elle permet  aux nouveaux bacheliers résidant dans le septentrion et désireux de poursuivre leurs études de se faire former surplace. Mais avant qu’on en arrive là, il a fallu le dynamisme, l’esprit d’ouverture et la politique managériale d’une personnalité. Il s’agit du ministre François Abiola qui n’a de cesse d’opérer des réformes dans le monde universitaire.  Depuis son arrivée à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le ministre Abiola a opéré des reformes à même de soulager les peines des acteurs du monde universitaire. Les étudiants trouvent leurs comptes,  les professeurs  et le personnel administratif  aussi. Et comme il ne cesse de faire du bien pour sa patrie,  voilà  à nouveau le ministre Abiola  sur un autre chantier : l’ouverture de deux nouvelles facultés à Tchaourou et Savè  dès la rentrée universitaire 2011-2012. Le ministre Abiola vient de faire une prouesse et cette prouesse mérite d’être saluée.

Parfait BOCO

Publié dans Société

Commenter cet article