Déroulement du scrutin de 13 mars : « Ça, ce n’est pas encore un vote » dixit Mathieu Kérékou

Publié le par L'informateur

Longtemps demeuré dans le mutisme, l’ancien président de la république Mathieu Kérékou est intervenu, il y a peu, la crise électorale qui secoue le pays. Après s’être rendu à l’Ecole primaire publique ‘’Les Cheminots’’, le général s’est montré insatisfait du déroulement du scrutin. 

« Ça, ce n’est pas encore un vote ». C’est la déclaration du général Mathieu Kérékou quand celui-ci a fini par accomplir son devoir citoyen. Cette déclaration suscite maintes interrogations. Quand bien même on sait que les paroles du général sont comme des énigmes  à déchiffrer, on peut toutefois noter que le cafouillage constaté dans l’organisation du scrutin pourrait pousser le général à avancer de tels propos. Avec la non affichage de la liste électorale, l’omission d’un nombre important de population au point où, des populations continuent de se faire enregistrées jusqu’à 12 heures du scrutin, ajouté aux transferts des électeurs à des kilomètres de leurs lieux d’habitation pour aller au vote, il faut dire que le général Kérékou a de bonnes raisons déclaré que le scrutin du 13 mars ne requit pas encore les conditions pour être l’expression d’un peuple qui veut élire selon les règles démocratiques son président. Ou peut-être, l’ancien président est tout simplement en train d’avancer qu’un scrutin de 2è tour est nécessaire avant que le vote départage effectivement les deux protagonistes de taille.

Constant ADJAHOUNGBA

Publié dans Actualité

Commenter cet article