Débrayage dans l’enseignement : Les ministres en campagne contre la grève

Publié le par L'informateur

Le gouvernement  béninois à décider de prendre à bras le corps la grève dans le secteur éducationnel. Suite au conseil des ministres du jeudi dernier, l’exécutif béninois a fait l’option de la rencontre avec les élus locaux et les populations à la base. Tout en maintenant la pression sur les enseignants avec l’exclusion et la radiation des agents grévistes. De fait, nombre de ministres se sont organisés pour rencontrer les élus locaux dans toutes les localités de notre pays. Le ministre Marcel de Souza était à la mairie de Cotonou. A  ses cotés, il y avait l’adjoint au maire de Cotonou et le préfet de l’Atlantique et du littoral. L’adresse à la population vise à les sensibiliser sur la gravité de l’heure, de l’importance de la reprise des cours  par les enseignants mais surtout sur l’impossibilité de satisfaction de la revalorisation salariale demandée par le front des trois ordres d’enseignement.

Dans le Mono et le Couffo, c’est le ministre Rafael Edou de la décentralisation qui s’est collé à l’exercice dans la matinée du vendredi. Avec les cadres de son ministère il a rendu compte aux populations de la position  du gouvernement sur la grève et il a invité les populations à prendre les dispositions afin de la tenue des cours dans la semaine qui démarre. 

Le ministre des affaires étrangères, Arifari Bako s’est rendu lui à Parakou pour expliquer aux populations la posture de l’Etat sur la grève des enseignants. Comme ses  confrères ministres ; Arifari Bako s’emploiera au même exercice.

Le Zou et les collines restent l’apanage du ministre de la communication, Max AWouèkè. D’autres descentes sont au programme pour nombre de ministres qui ont à cœur d’échanger avec les populations pour vulgariser ce que le gouvernement entend de la grève des enseignants qui dure et perdure.

Oswald DOSSEY

Publié dans Actualité

Commenter cet article