Crise au Conseil communal d’Allada : Lucien Houngnibo démissionne vendredi prochain

Publié le par L'informateur

Le dénouement heureux de la crise qui secoue le conseil communal d’Allada est pour vendredi prochain. Le préfet des départements de l’Atlantique et du Littoral, Placide Azandé, s’est autosaisi du dossier aux fins de mettre de l’ordre au sein du conseil, déchiré par une crise artificielle qui perdure depuis plus d’un an. L’autorité de tutelle a donné des instructions fermes pour que l’ordre et la discipline reviennent dans la cité historique d’Adjahouto. Des indiscrétions indiquent que, vendredi prochain, le maire sortant, Lucien Houngnibo, va convoquer une session extraordinaire du conseil communal. L’ordre du jour portera uniquement sur sa démission à la tête de la commune. Après quoi, son suppléant sera installé. C’est après cette étape que la course à la succession de Lucien Houngnibo va véritablement démarrer. La préfecture de Cotonou entend prendre toutes ses responsabilités dans la gestion de ce dossier. Toutes les dispositions pratiques nécessaires sont déjà prises pour s’assurer que tout se passera dans les règles de l’art. C’est-à-dire conformément aux textes qui régissent la décentralisation au Bénin. Contrairement à certaines mauvaises informations, la préfecture de Cotonou n’a pas croisé les bras face au « désordre » qui s’observe sur le terrain. Sans bruit, elle est en train de jouer pleinement et convenablement le rôle qui est le sien dans la résolution de cette crise, qui n’a apporté que malheur aux Ardrésiens.

Selon les mêmes indiscrétions, les décisions prises par l’actuel premier adjoint au maire, Grégoire Houadjèto, seront annulées, en ce sens qu’il n’a pas qualité de convoquer une session du conseil communal dans le contexte actuel. Faut-il le rappeler, face au supposé retard observé dans la démission de Lucien Houngnibo, Houadjèto et les siens se sont réunis pour prendre d’importantes décisions. L’autorité de tutelle va les casser pour violation de la loi. «Nous suivons tout de près. Plus rien ne sera comme avant. Nous n’allons pas laisser la situation s’empirer davantage avant de réagir. C’est pourquoi, nous sommes en train de jouer notre partition en vue de ramener la paix et l’amour dans le cœur des conseillers communaux. Nous n’allons pas nous impliquer dans le choix du nouveau maire. Ce n’est pas notre mission. Mais nous allons veiller à ce que les textes en vigueur soient respectés», rassurent des sources proches de la préfecture.

Elu récemment député à l’Assemblée nationale, Lucien Houngnibo a préféré siéger. Son fauteuil de maire est alors vacant. Beaucoup de candidats se bousculent déjà aux portillons pour achever ses nombreuses œuvres entamées. Mais le Conseil communal reste diviser. Les 19 conseillers, dans leur immense majorité, continuent de se regarder en chien de faïence. Entre les prétendants sérieux pour remplacer Houngnibo, il n’y a qu’un simple bulletin de vote. Heureusement que le premier grand pas pour atteindre le bout du tunnel sera posé ce vendredi.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article