Coupures intempestives d’énergie électrique : Le délestage s’annonce à grands pas

Publié le par L'informateur

Pendant des mois, il a disparu du quotidien des populations béninoises. Mais avant-hier, il a donné les signes annonciateurs de son retour. Hier, il a fait son apparition sans faille. Il s’agit de quoi ? Le retour du délestage féroce au Bénin. Les consommateurs de l’énergie électrique en font déjà les  frais. Le ministre de l’énergie Saca Lafia et le directeur de la Société béninoise  d’énergie électrique (SBEE) Godefroy Chékété sont interpellés pour remettre les pendules à l’heure avant qu’il ne soit trop trad.

En effet, il y a plusieurs mois, les consommateurs de l’énergie électrique ne se plaignent plus des coupures intempestives. Il est nécessaire de rappeler que le délestage  est même rare.  Mais tout cela est du passé. Pire que les coupures intempestives, le délestage revient en force. Surtout, avant-hier et même hier, les villes comme Abomey, Cotonou, Porto-Novo ont gouté aux délices du délestage féroce. Coupé vers 10 heures, l’énergie a été remise aux environs de 16 heures. «Ces coupures sont indépendantes de notre volonté. Il y a eu des difficultés au Nigéria…», disent les autorités en charge de la distribution de l’énergie électrique pour justifier la chose. Il est sans intérêt de rappeler que le délestage  fait des mécontents dans les grandes villes. Surtout, les vendeuses de sucettes, de glaces et de yaourts ont reçus le choc. Ce qui a porté un coup à leurs activités génératrices de revenus. Il y a des centres informatiques, des boutiques de photocopie,  des cybers café  et autres qui ont fermé leurs portes toute la journée d’hier.   

Pourtant, les autorités au sommet de l’Etat savent que le délestage un phénomène cyclique que connaît le Bénin pendant la saison sèche. Il est dit que le niveau d’eau des barrages électriques baisse en cette saison. Ce qui ne permet plus de fournir une quantité suffisante d’énergie comme en période pluvieuse.  Et le peuple a subi, l’année passée, les affres du délestage dans la même période. Le gouvernement Boni Yayi devait prendre les mesures draconiennes pour exorciser le mal. Seulement, on est entrain de constater que l’Etat n’a pas pris la mesure de la situation. Le délestage sauvage gagne petit à petit le quotidien des populations béninoises.

En fin de mandat, une telle situation est compromettante pour le chef de l’Etat qui aspire rempiler. Surtout, on n’est plus loin des joutes électorales.  Mais les choses peuvent revenir à la normal. Si les autorités du changement ne le font  pas, les victimes du délestage risquent sanctionner autrement le gouvernement. Tout compte fait, le ministre Saca Lafia et  le directeur de la SBEE Godefroy Chékété  sont appelés à mettre l’énergie à la disposition des populations consommatrices. 

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article