Convocation d’une journée parlementaire à Ouidah sans la Rb : Les leaders UN ne sont pas prêts à une sortie de crise

Publié le par L'informateur

Décidément, les premiers responsables de l’UN, notamment le président Bruno Amoussou et le Coordonnateur national Kolawolé Idji, ne sont pas prêts pour une sortie de la crise qui secoue depuis quelques semaines maintenant, leur regroupement politique. En effet, un peu comme pour insinuer que le divorce est définitivement consommé entre eux et la Renaissance du Bénin, les responsables de ce creuset qui rumine encore son échec aux dernières consultations électorales, ont initié et tenu à l’hôtel Djègba à Ouidah, une journée dite parlementaire.  A cette rencontre hautement politique, la Renaissance du Bénin qui compte 9 députés à l’Assemblée nationale, députés élus sur la liste Un, a été écartée. Tout s’est passé comme si, légalement ces députés ne sont pas élus sur la liste Union fait la Nation et que par ailleurs, la contribution des autres forces politiques de l’UN non représentées au parlement, mais qui ont œuvré en leur manière pour concéder 30 députés à ce bloc politique aux dernières élections législatives, leur contribution, disions-nous, au débat mené dans la cité historique de Kpassè n’est pas nécessaire. Ces agissements que d’aucuns expliquent par une prétendue suspension jusqu’à nouvel ordre de la Rb des activités de l’UN,  traduisent à maints égards la volonté affichée par certains responsables de l’UN de conduire ce regroupement à l’abattoir. Sans le dialogue, point de solution pour une crise de l’envergure de celle vécue par l’UN depuis l’acceptation de la main tendue de Yayi par la Rb. En cataloguant les députés Rb dans la mouvance présidentielle, en refusant le dialogue avec le groupe des 7 autres structures, membres de la conférence des présidents de l’Un  qui ont dénoncé et condamné la supposée suspension de la Rb de l’Union, les leaders de l’UN optent pour l’enveniment de la situation, bref à une radicalisation des positions préjudiciable à ce groupement qui pourtant, était parti pour une longue durée de vie. Mais hélas !

Au regard de ce qui précède, on peut se demander ceux qui ont intérêt à ce que la crise au sein de l’UN perdure.

Vivien MITCHAÏ

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article