Comité transitoire de la Ccib : Zocli s’écarte de l’arrêté du ministre du commerce

Publié le par L'informateur

Le nouvel arrêté portant reconduction du Comité transitoire de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Cst/Ccib) est en souffrance.

Et pour cause, déjà des actes émanant du président dudit Comité et qui s’écartent du droit chemin ; c’est-à-dire de la ligne directrice tracée pourtant sans équivoque par le ministre de tutelle dans son arrêté.

Pour mémoire, un arrêté du ministre du commerce et de l’industrie  en date du 19 juin 2012 reconduit le Cst/Ccib pour une troisième période transitoire, mais cette fois-ci de deux mois. Selon les termes de l’arrêté ministériel,  l’équipe de Pierre d’Alcantara Zocli  a été reconduite juste pour intégrer les observations faites par la présidence de la République au sujet du projet des nouveaux textes qui conduiront à l’organisation des élections au niveau de l’institution consulaire au Bénin. Et en matière d’observations, il y en a eu beaucoup.

Au sommet de l’Etat, on tient à ce que les textes prennent en compte la plupart des acteurs économiques exerçant dans le pays. De sorte à limiter les éventuelles contestations. On a estimé que ce serait fastidieux de confier les retouches à une nouvelle équipe. Ceci à l’avantage d’aider à l’organisation des élections consulaires saines une fois que le conseil des ministres aurait adopté les nouveaux textes. Dans la foulée, M. Zocli et ses pairs devront liquider juste les affaires courantes de la Ccib. Il n’y aura pas à s’y écarter pour cette reconduction. Comme par exemple se lancer dans les bons de commandes, les sections de formation à l’endroit des secrétaires-comptables, les missions à l’étranger où les nominations tous azimuts.

Contrairement à la ligne fixée par le gouvernement, à savoir la gestion des affaires courantes, le bureau d’Alcantara Zocli s’est lancé dans des commandes et des appels d’offres.

On peut lire dans un quotidien de la place un avis à manifestation d’intérêt :  Dans le cadre de ses activités, la chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib), lance un avis à manifestation d’intérêt public pour la sélection des entreprises désireuses de fournir aussi bien à son siège qu’à ses antennes dans les départements, les biens et services. Cet appel d’offre vise à doter  la chambre de commerce et d’industrie du Bénin de matériel de transport (véhicule), de titres de voyage (billets d’avion)… toute initiative contraire aux prérogatives assignées à la commission spéciale transitoire de Pierre d’Alcantara Zocli.

En lançant cet appel d’offre, le président de la commission spéciale transitoire (Cst /Ccib) outrepasse ses attributions. Cette donne pose problème, car, les urgences de l’heure ne se situent pas à ce niveau. Plus encore il s’agit pour l’équipe transitoire de préparer les textes pour les élections à la tête de la chambre consulaire. Alors à quoi rime cette décision de doter l’institution de matériel roulant et autre ?

Une fois encore le président de la commission spéciale transitoire (Cst/Ccib) s’arroge des prérogatives qui ne figurent pas à son cahier de charge.

Oswald S. DOSSEY

Publié dans Actualité

Commenter cet article