Cité dans un dossier au tribunal de Ouidah : Expédit Houessou refuse de comparaitre

Publié le par L'informateur

Comparaîtra ? Comparaîtra pas ? Au niveau du tribunal de 1ère instance de Ouidah, notamment au niveau de la prison civile de la même ville, c’est la question qui agite toutes les lèvres. Une interrogation à l’endroit d’un homme et pas des moindres au Bénin. Expédit Houessou. Et pour cause !

Il refuse de comparaitre dans un dossier dans lequel il a été pourtant cité pour « défaut d’assurance ». Il s’agit du dossier n° 10/Rp/1188. Le dossier qui a été appelé pour la première fois  en 2010 évolue difficilement. Ceci parce que le principal mis en cause qui est M. Expédit Houessou refuse de comparaitre. Mais jusqu’à quand va-t-il maintenir cette position ?

Il y a quelques jours, le dossier a été encore appelé au tribunal. Mais faute de la présence de M. Houessou il n’a pu être plaidé. Le comble est que le chauffeur du véhicule appartenant à M ; Houessou est toujours gardé en prison. Plus d’un an déjà derrière les barreaux sans savoir à quand le dénouement de l’affaire. Or en son absence, tout est bloqué. Puisqu’il est le propriétaire du véhicule ayant causé l’accident. Toutes nos tentatives pour avoir sa version des faits ont été vaines.

Pour rappel, un véhicule appartenant au sieur Expédit Houesssou a causé le 27 décembre 2010 un accident de la route. Lui-même n’était pas au volant, mais plutôt son chauffeur. L’accident a été fatal à un concitoyen. Au moment du constat d’usage, il a été remarqué que le véhicule ayant créé l’accident a quelque problème. Le véhicule appartenant à M. Houessou n’était pas assuré au moment de l’accident de la route. Ou plus précisément, l’assurance du véhicule n’avait plus de validité. Comment cela est-il arrivé ?

Selon les proches de M. Houessou, le véhicule mis en cause a déjà fait l’objet d’un don au chauffeur. Ce que ce dernier ne confirme pas. Dans tous les cas, l’acte de donation n’a pas été exhibé.

Au mieux, il urge qu’il se présente devant le tribunal pour se défendre ;

Laurent Akouêyikou

Publié dans Société

Commenter cet article