Célébration de la fête du 10 janvier : Le Chef Mami-Dan Hounnon Behumbeza déplore l’absence du Chef de l’Etat

Publié le par L'informateur

La 16ème édition de la fête des religions endogènes s’est déroulée hier sans la présence aux cotés des adeptes Vodoun, du Chef de l’Etat. Pour une énième fois, Boni Yayi  n’a pas  honoré  de sa présence les festivités du 10 janvier. Cette attitude du président de la République, le Chef du Culte Mami-Dan, le déplore.  Approché hier, Hounnon Behumbeza n’est pas allé par quatre chemins pour exprimer son amertume   face  à ce nouveau faux bon du président de la République aux adeptes Vodoun. Pour le Chef du Culte Mami-Dan, ce comportement  du 1er magistrat du pays est la preuve que les religions endogènes  sont bafouées, marginalisées et sacralisées.  « Vous constatez avec moi que le Chef de l’Etat n’était pas présent aux festivités du 10 janvier 2011. C’est la preuve que  les religions endogènes sont bafouées, marginalisées et sacralisées. Je m’attendais  personnellement  à cela.  J’ai dit que ça va se passer comme ça  et ça s’est passé ainsi. Ce qui veut dire que le Chef de l’Etat ne  nous aime que de loin.  Car,  celui qui dit qu’il t’aime et dans le public, il te déshabille et  te demande pardon dans la chambre, ne t’aime pas réellement », a fustigé Hounnon Behumbeza.

L’occasion  a été idéale pour le Chef du Culte Mami-Dan  pour inviter le peuple béninois à rester uni pour affronter les prochaines échéances électorales dans la paix.

 

Hounnon Behumbeza   communie avec ses adeptes

Diverses  manifestations ont été organisées pour donner un éclat particulier aux festivités du 10 janvier.  Le Chef   du Culte Mami-Dan  a organisé pour sa part,  après les manifestations officielles au Stade de l’Amitié de Cotonou, un déjeuner festif à l’endroit de ses adeptes. Les festivités  entrant dans le cadre de ce déjeuner  se sont déroulées en son domicile à Bazounkpa. Elles ont mobilisé un nombre impressionnant d’adeptes Mami-Dan et curieuses gens.   Autour des  plats garnis  de mets  et des verres remplis de boissons, on a chanté et dansé  pour magnifier le Vodoun. L’occasion a été idéale pour parler  aussi des bienfaits du Vodoun et  inviter  les populations  à  avoir du respect pour les religions endogènes.

Parfait BOCO

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article