Candidature au poste de président de la République : La caution passe de 5 à 150 Millions

Publié le par L'informateur

La commission des lois s’était retrouvée le mercredi et jeudi dernier pour l’étude des lois portant règles générales de l’élection du Président de la République et règles particulières de l’élection des députés à l’Assemblée Nationale. Quelques changements notables s’observent à mi-parcours de ses travaux et le plus importants quant à ce qui concerne la loi portant règles particulières de l’élection du Président de la est la revue en hausse de la caution à déposer avant d’être candidat aux élections présidentielles. Il s’agit d’une somme de 150 millions que l’on ne pourra reprendre que si l’on parvient à réunir 10% des suffrages exprimés. Pour ce qui est de la loi portant règles  générales pour l’élection des députés à l’Assemblée Nationale, la caution part de 50.000 francs à 100.000 francs. Ici, il faut signaler l’entrée d’un autre bouleversement significatif. En effet, ne peut être déclaré élu député, membre de l’Assemblée Nationale que le candidat dont le parti arrive à avoir au moins 5% des suffrages exprimés sur l’étendue du territoire. Il ne s’agira pas pour quelqu’un de rafler toutes les voix de sa circonscription électorale pour être élu député. Le dernier point qui bloque les travaux de la commission des lois n’est rien d’autre que le nombre de députés devant siéger à la prochaine mandature. Compte tenue du quotient électoral qui n’est plus le même que celui des précédentes années, la commission pense arrêter entre 93 et 111 députés pour la sixième mandature. C’est ce qui bloque actuellement la convocation de la plénière pour le vote de ces différentes lois sur les quelles doivent se baser les prochaines consultations électorales. Mais la plénière sera probablement convoquée pour le mardi au plus grand tard.  Ces remarquables changements visent à éviter les candidatures fantaisistes, les candidatures suscitées pour émietter les voix de son adversaires pour ce qui est de la loi portant règles générales de l’élection du Président de la République, et pour susciter de grands regroupements politiques dans le cadre de la loi portant règles particulières pour l’élection des députés de l’Assemblée Nationale. 

Géoffroy Wusa

Publié dans Actualité

Commenter cet article