Campagne nationale de lutte contre le paludisme en 2011 : Plus de mille moustiquaires volées à Natitingou (Malgré les arrestations, jusque là, aucune commission d’enquête)

Publié le par L'informateur

Le gouvernement, conscient que le paludisme tue plus que la pandémie que constitue le Sida, avec l’appui de partenaires au développement, a initié une campagne de distribution gratuite de moustiquaires imprégnées à toutes les couches béninoises. S’il faut dire regretter que dans l’ensemble, l’opération ne se soit pas déroulée de manière saine, dans les départements de l’Atacora et de la Donga par exemple, la situation est tellement criarde qu’on enregistre aujourd’hui  des arrestations.

A l’étape actuelle de nos investigations, il est difficile de dire le nombre exact de moustiquaires volées au niveau de la direction départementale de la santé de l’Atacora-Donga. Les traces du vol ont été plus que perceptibles. Toutes les sources s’accordent à reconnaître que plus de mille moustiquaires imprégnées ont été distraites dans cette partie du Bénin à la faveur de la campagne nationale de distribution de moustiquaires imprégnées pour une lutte efficace contre le paludisme au Bénin.

En effet en 2011, pour le compte de cette opération et sous l’égide du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), quelques 6 camions ont déversé des balles de moustiquaires imprégnées pour secourir les populations de ces deux départements. Faut-il le rappeler, une balle contient 50 moustiquaires.

Alors que des milliers de moustiquaires ont été entreposées dans le magasin de la direction départementale de la santé de l’Atacora-Donga sise à Natitingou, jusqu’à la date d’aujourd’hui, il est difficile de savoir comment la soustraction frauduleuse a pu avoir lieu jusqu’à ce qu’un nombre aussi impressionnant de moustiquaires disparaissent. Ceci, à l’insu de tous. A savoir le magasinier, le gardien et autres responsables de la distribution dans ces deux départements de ce précieux instrument de lutte contre le paludisme.

Là où le bât blesse est que jusque là, c’est-à-dire que depuis que le pot au rose a été découvert, aucune commission d’enquête émanant de quelques structures étatique que ce soit. Pas en tout cas grand chose de visible du côté par exemple de l’inspection générale du ministère, le ministère même, la direction du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP)...

C’est certainement cette léthargie qui a amené le directeur départemental de la santé de l’Atacora –Donga au moment des faits à s’en référer à la justice. Il a donc porté plainte devant le tribunal de 1ère instance de Natitingou. C’est ainsi que le parquet près du tribunal a ouvert une enquête. Et déjà, plusieurs arrestations rien qu’au niveau de cette direction départementale. Le gardien Elie B. et l’agent d’entretien sont gardés à la prison civile de Natitingou. Mme Kouni S. qui est employée au service de l’hygiène et dans le bureau de qui, il a été retrouvé un sac de jute contenant des moustiquaires est également dans les liens de la détention préventive depuis quelques jours.

Nos sources indiquent que même avec ces arrestations, il est difficile de réussir, à la date d’aujourd’hui, à faire le point du nombre exact de moustiquaires volées. Cela veut dire tout simplement que ceux qui sont arrêtés ne disent pas encore toute la vérité. Où alors ce ne sont pas les vrais auteurs d’un vol organisé qui ne restera certainement pas impuni.

F. Kpochémè

Le cas Cococodji

La scène de distribution de moustiquaires imprégnées gratuite a été des plus odieuses à Cococodji, arrondissement de Godomey, commune d’Abomey-Calavi. Alors que les agents recenseurs sont passés pour se faire une idée du nombre de moustiquaires dont a besoin chaque ménage, la suite n’a plus été gaie. Au poste de distribution situé à l’école primaire publique "Jardin" juste après les rails sur la voie menant à Acadjamey, la distribution a été calamiteuse. Malgré qu’elle s’est déroulée sur plusieurs jours, nombreux sont les ménages qui n’ont pas pu se faire servir. Leurs représentants ont fait la queue pendant plusieurs jours, vainement. La confusion a été totale. Et au niveau des responsables chargés de l’organisation de la distribution gratuite des moustiquaires imprégnées, aucun effort n’avait été senti pour une amélioration de la situation, au fil des jours de la campagne de distribution. De sorte qu’au finish, tous les jours ont été ceux d’un imbroglio indescriptible. Disons que les critères de distribution ont été singuliers à ce poste. Le coupon ne servait plus à grand-chose.

A défaut d’être servis, nombreux sont les ménages dans cette partie d’Abomey-Calavi qui gardent par devers eux les coupons reçus et qui devraient permettre de rentrer en possession des moustiquaires imprégnées. Un tour dans les ménages pour s’en convaincre.

Cette confusion créée de toutes pièces a certainement permis à des gens malintentionnées de garder par devers eux des centaines de moustiquaires. A quelle fin ? Le cas de Natitingou n’est donc certainement pas le plus criard. Le ver est dans le fruit. Et tant que les responsables de cette situation ne seront pas rattrapés pour se justifier, ils ne feront malheureusement que des émules.

F. K.

Publié dans Actualité

Commenter cet article