Campagne électorale pour le scrutin du 06 mars : Le gouvernement justifie la destruction des affiches de l’Union fait la Nation

Publié le par L'informateur

Etait-ce un conseil des ministres ? Ou juste un show du ministre de l’industrie redevenu depuis peu porte-parole ? Seul l’intéressé pourra répondre. En tout cas le ministre Candide Azannaï est passé sur la chaîne de télévision publique avec en primeur ces mots : « La campagne électorale a été […] » Le ministre porte-parole a remarqué que des affiches auraient été posées et qui seraient injurieuses. Pour qui ? A l’endroit certainement de son candidat le président Boni Yayi. Le ministre regrette et déplore les écrits de ces affiches. Point final. Mais le mal est ailleurs. Ce que le ministres regrette et déplore, des hommes en uniforme l’ont déjà corrigé. En effet les populations bien vigilantes ont vu aux environs de 22 heures des hommes en uniforme se livrer à la sale besogne de déchirer les affiches de l’Union fait la Nation. C’est avec des échelles que ces hommes ont procédé à la destruction de ces affiches sur l’axe Mosquée Centrale de Cadjèhoun-Carrefour Vodjè ; sur l’axe Carrefour Bon Pasteur et sur bien d’autres axes. Ces hommes en uniforme étaient à bord d’une fourgonnette qui est retournée en direction du Palais de la présidence. Selon nos sources sur les lieux un véhicule 4x4 immatriculé AH 1886 RB, plaque bleue servait d'éclaireur à la fourgonnette. Mais que reproche-t-on à ces affiches ?

L’Union fait la Nation a eu le tort de mettre sur ces affiches les tares du changement et surtout tout ce qui a été fait de mal durant les cinq dernières années. Et alors en quoi consisteraient une campagne électorale si le gouvernement peut se permettre de détruire des affiches qui mettent à mal sa popularité ? Tous les candidats devront-ils afficher que le quinquennat passé était bon mais qu’il faudra un autre président de la République ? De quel droit le gouvernement se permet-il de détruire les affiches apposées par des candidats opposés à son action ? Dans toutes les dictatures au monde il ya toujours ces excuses pour empêcher les opposants de faire campagne : "Troubles à l’ordre public" "Affiches trop injurieuses". Et voilà la République de Yayi et de Azannaï créée. Pourvu que cela ne fâche personne. La Paix en dépend !

 

Claude ALOFA

Publié dans Politique

Commenter cet article