Cafouillage dans la distribution des cartes d’électeurs : Des agents des 11ème, 12ème et 13ème arrondissements de Cotonou abandonnent leurs postes

Publié le par L'informateur

Démarrée  il y a peu, la  distribution des cartes d’électeurs connaît  toujours des couacs. A mesure que le scrutin présidentiel approche, de nouvelles situations surviennent pour mettre en péril cette opération. Dans certaines localités de la ville de Cotonou, les  agents distributeurs de cartes d’électeurs sont en grève. Pour exiger  la prolongation en bonne et due forme de leur contrat, ces agents  abandonnent  leurs postes de travail pour vaquer à leurs occupations personnelles. La situation est beaucoup plus perceptible dans les 11ème, 12ème  et 13ème arrondissements, où les agents distributeurs désertent leurs lieux de travail. A la maison des jeunes d’Agla sis dans le 13ème arrondissement de Cotonou par exemple, c’est le calme plat. Ce  n’est pas la grande affluence des beaux jours.  L’opération de distribution des cartes d’électeurs peine  à reprendre à cet endroit. Une petite investigation et l’on  a une idée sur les raisons  qui sont à l’origine de cette cessation d’activité. Les agents distributeurs réclament  purement et simplement  la prolongation de leur contrat. Ils exigent  avant la  reprise de toute activité de distribution, un document juridique entre eux et  les responsables  ayant à charge la réalisation de la Liste électorale permanente et informatisée (Lépi). « Les agents distributeurs des  cartes d’électeurs devraient normalement travailler pendant dix jours. Mais compte-tenu du fait que les  élections ont été reportées au 13 mars, ces agents ont été conviés à poursuivre leurs activités sur le terrain. Ceci toujours avec le même contrat de dix jours établi avec la Miréna. Face à cette situation,  certains agents n’ont pas cru devoir continuer. D’autres  ont accepté continué. C’est ce qui explique le triste constat que l’on fait  au niveau des postes de distribution des cartes d’électeurs du 13ème arrondissement », a expliqué Romuald Donoumassou, délégué au recensement du 13ème arrondissement.

Même chose au niveau du 12ème arrondissement de Cotonou. Ici, les pétitionnaires se plaignent de ne pas être servis par les agents distributeurs. « Les éléments que nous avons ne sont pas tous surplace. Certains sont partis parce que le montant qu’on leur a proposé sur le contrat  ne leur plaît pas. Sur les huit éléments  que j’ai à la Recette  principale de distribution, il n’y a que trois qui sont présentement avec moi. Les autres sont partis. Au Cnhu aussi, les agents  distributeurs ont abandonné leurs postes ».

Dans le 11ème arrondissement de Cotonou, ce n’est pas trop dire  que d’affirmer qu’on entend  les mouches voler.   Registres, cartes d’électeurs et fiches d’identification de bureaux de vote de coté, les agents recrutés  pour l’opération de distribution des cartes d’électeurs créent une autre ambiance sur les lieux.

Dans l’ensemble,  l’opération de distribution des cartes d’électeurs  se poursuit  timidement à Cotonou. Les agents distributeurs abandonnent leurs postes par endroits.

 

Les  démarches du Ca Chanhoun pour la prise en compte des pétitionnaires

Face à ces  dysfonctionnements, le Chef du 12ème arrondissement prend  des contacts avec les responsables de la Miréna  pour la prise en compte des enrôlés de la Lépi et le recensement effectif des citoyens laissés sur le carreau. Brice Chanhoun nous livre les démarches déjà menées au niveau de son arrondissement pour la prise en compte des doléances des populations.  « Il y avait un monde fou ce matin au niveau du 12ème arrondissement. Ce  monde, c’est ceux qui se sont fait enregistrer et qui n’ont pas retrouvé leurs cartes d’électeurs. Ce monde, c’est aussi ceux qui n’ont pas pu se faire enregistrer et qui ont écrit leurs noms dans les cahiers. La 3ème catégorie, c’est ceux qui n’ont pas pu du tout  se faire enregistrer  et qui sont arrivés abondamment. Face à la situation, j’ai appelé  directement  le démembrement de la Miréna au niveau du 12ème arrondissement  à savoir le Dra pour lui demander à quand le démarrage  effectif des additifs, des gens qui devraient être pris en compte, suite à la médiation de Zinsou et le report des élections. Mais malheureusement, le Dra et les  agents de la Miréna  ne savent pas quand est ce que  les kits vont venir », a expliqué Brice Chanhoun.

 

Parfait BOCO

Publié dans Actualité

Commenter cet article