Braquage d’un dépôt de la Sobebra à Gbégamey : 1 mort, 1 blessé grave, des millions de francs emportés

Publié le par L'informateur

Les malfrats ont encore fait parler d’eux en début de week-end à Cotonou.  Armés de fusils,  ils ont attaqué un dépôt de vente de la Société béninoise de brasserie (Sobebra) à Gbégamey. Ils ont tiré  à balles réelles sur les occupants des lieux. On déplore pour cette attaque un mort et un blessé  grave.  Des millions de francs Cfa ont été également emportés par les divorcés sociaux  dans cette opération. Selon toute vraisemblance, on estime à plusieurs dizaines le nombre de millions de francs Cfa emportés. Le patron du dépôt a trouvé la mort. Il a été criblé de balles alors qu’il descendait de l’escalier. Un autre employé a été grièvement blessé. La caissière du dépôt quant à elle a été violentée avant d’être abandonnée. Les malfrats sont répartis avec  le butin. Ils ont réussi à s’enfuir  à motos après leur forfait. Sur les lieux du braquage,  c’est la consternation et la psychose. Encore sous le choc, les témoins du drame livrent leurs versions des faits. « On était au bureau à table quand subitement un jeune débarque avec un fusil en main. Il a commencé par parler une langue bizarre qu’on ne comprenait pas. J’ai compris que quelque chose allait se passer.  Aussitôt il y a eu un autre  qui a pris par derrière moi. En le voyant, je me suis dit que quelque chose doit avoir lieu.  Je me suis agenouillée  et j’ai pris un lot de billets  que j’ai fait cacher  sous moi. Aussitôt ils m’ont poussé  et j’étais tombée.  Ils ont pris le tiroir. Ils l’ont fouillé  et ont pris les sous qui étaient dedans.  Ils sont repartis  en continuant à parler leur langue. C’est après que j’ai appris qu’ils ont tué notre patron et blessé un associé. Il  faut préciser  que dans mon tiroir il y avait 1.758.000 francs Cfa »,  déplore  la caissière du dépôt.

« J’étais dehors quand une voiture est arrivée  pour faire le déchargement. J’ai décidé  de suivre alors  ce déchargement. D’habitude quand je suis au dehors et que les gens viennent, je leur demande  de ne pas garer  à l’intérieur. J’étais là  quand deux  motos sont venues et sont rentrées à l’intérieur. Je me suis empressé  pour leur  interdire d’aller garer  à l’intérieur.  C’est en ce moment que les individus qui étaient sur ces motos  ont sorti des fusils.  J’ai demandé  aussitôt aux agents  de fuir. Ces deux individus  ont commencé  par tirer.  Et c’est de là  que notre patron  qui sortait  a reçu  une  balle. Il  est  tombé  de l’escalier  et un des braqueurs  est ressorti  pour tirer à nouveau sur lui. Notre patron est décédé. La police est ensuite appelée pour faire le constat », ajoute le Chef magasin.

Parfait BOCO

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article