Bilan du quinquennat : Yayi avoue-t-il son échec ?

Publié le par L'informateur

En cinq ans, les fruits de l’émergence béninoise n’ont pas tenu la promesse du changement. Le chef de l’Etat l’a reconnu, samedi 08 janvier, au palais des congrès de Cotonou lors du bilan quinquennal en confirmant son échec à la tête du pays.

On s’interroge sur le bilan du changement. Qu’est-ce le chef de l’Etat a fait aux populations en cinq ans de gestion des affaires publiques ? Boni Yayi a-t-il comblé les attentes du peuple ? Le banquier président apporte des réponses à toutes ces interrogations.  « En cinq ans,  ce qui est fait est signifiant. Mais ce n’est pas suffisant. J’en conviens. Je dois être honnête de le dire », témoigne Boni Yayi en présence de ses partisans dans son discours bilan.  Il reconnaît que même si ce qui est fait est beaucoup ce qui reste à faire n’est pas mince.

Evidemment,  beaucoup de projets sociaux  semblent être des effets d’annonce. L’aéroport de Tourou ne voit  pas encore  décoller un seul avion sur sa piste à Parakou. L’autoroute Cotonou-Abomey  a du plomb dans l’aille.  Le port sec de Bohicon ne quitte pas la phase déclaratoire pour l’étape exécutoire. La réhabilitation d’Abomey devient un éléphant blanc. Les producteurs de coton de Banikoara, de Kandi, de Dassa-Zoumè, de Klouékanmè, de Za-Kpota, de Djidja, de Kétou et d’autres régions pleurent toujours la « mort » de l’or blanc.  La filière palmier à huile annoncé à grand renfort médiatique reste à l’étape embryonnaire.  Nonobstant la distribution  des 30 000 fcfa de microcrédit aux femmes, le panier de la ménagère est quasi vide à l’heure du bilan. Le défi de l’émergence béninoise est-il relevé ? Soit !

En dépit de cet état de chose, Boni Yayi  se verse dans une autosatisfaction.  « En cinq ans, 400 km de routes bitumées ont été réalisés », rappelle l’homme du changement. Il précise qu’il a fait mieux que ses prédécesseurs dans ce domaine depuis l’indépendance jusqu’à  sa prise de fonction. Le successeur de Mathieu Kérékou fait allusion à ses réalisations routières.   Il s’agit de la construction des deux  passages à niveau, de l’échangeur de Godomey, de l’autoroute Cotonou-Abomey-Calavi, des centaines de km d’infrastructures routières dans plusieurs  localités,  la réalisation des modules de classes, des centres de santé, de l’adduction de l’eau potable dans certaines régions, de l’extension du réseau électrique dans des zones déshérités. 

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article