Avalanche de soutien à Boni Yayi : Des politiciens qui n’osent pas dire la vérité au chef

Publié le par L'informateur

Après la fameuse interview accordée par le chef de l’Etat à trois chaînes de télévision de la place, des messages de soutien fusent de toute part qui pour dénigrer les adversaires du chef de l’Etat ou pour appuyer ses déclarations. Tout ceci se passe au milieu des répliques des personnes que Boni Yayi a accusées lors de sa sortie médiatique.  

Il est évident que le climat politique au Bénin paraît moins tumultueux  avant le 1er Août que maintenant. Au milieu des déclarations tendancieuses, provocatrices à la limite injurieuses des uns et des autres, la tension monte de plus en plus dans l’arène politique nationale.  En dehors des répliques de l’homme d’affaires indexé lors de l’interview du chef de l’Etat, le reste de la crise politique  est entretenu par des hommes politiques. Pendant que les uns réagissent et critiquent vertement et ouvertement les propos du chef de l’Etat, d’autres se versent dans des menaces, des injures qui laissent croire que l’on a affaire à des forcenés pris au piège de l’échec. En réalité, une interview diffusée et rediffusée dans le monde et suivie par nombre de Béninois ne doit en principe plus faire l’objet de grandes polémiques et au besoin d’être interprétée ou réexpliquée, puisque réexpliquer les propos d’un chef de l’Etat   comme le docteur Boni Yayi pourrait être interprété comme si le chef de l’Etat n’a pas la faculté de se faire comprendre par ses populations. Aussi, à la faveur des interprétations et des ré-explications des propos  du chef de l’Etat, les injures pleuvent, les menaces refont surface et la tension monte. Dans l’autre camp, le camp qu’on accuse toujours de vouloir déstabiliser  le chef de l’Etat, la tension monte également. Elle monte  tout simplement parce qu’au moment où on l’injuriait, l’accusait, il ne peut même pas se faire entendre. Ses réunions sont envahies par des badauds qui viennent pour semer de troubles. 

Dans ce contexte, les thuriféraires du régime actuel doit se recouvrir d’un esprit de discernement pour dire la vérité au chef de l’Etat. Au lieu de se verser dans des insultes au milieu de foireux discours de soutien, députés de la mouvance,  ministres au gouvernement et aux sbires du régime doivent apaiser le peuple par rapport aux propos du chef de l’Etat. Ils devraient dire au chef de l’Etat la vérité. Et pis,  on constate que ce sont des intellectuelles  avérés, des professeurs d’université parfois qui ne trouvent rien à reprocher aux déclarations de chef de l’Etat et n’y voient que de la haine des adversaires politiques. Selon les thuriféraires du régime, la situation actuelle du Bénin serait toujours due la mauvaise gestion des gens qui ont laissé le pouvoir il y a presque 7 ans. Eux, ils n’ont rien à se reprocher dans les nombreuses affaires qui ont éclaboussé le régime. Malheureusement,  on les appelle des intellectuelles.

Marc Aurel Hounguê

Publié dans Actualité

Commenter cet article