Audience à la présidence : Yayi reçoit Nago, Dossou, Holo et Batoko

Publié le par L'informateur

Les présidents des institutions ont abordé, hier au palais, avec le chef de l’Etat un nombre de dossiers de la nation. 

Les réformes préoccupent les présidents des institutions. Le chef de l’Etat a reçu les présidents de l’Assemblée nationale Mathurin Nago, de la Cour constitutionnelle Robert Dossou, de la Haute cour de justice Théodore Holo et de la Cour suprême  Ousmane Batoko à la présidence de la République. Bon nombre de dossiers ont fait l’objet de leurs discussions.  

« Le chef de l’Etat est préoccupé par la bonne gouvernance et la lutte contre l’impunité. Nous avons beaucoup discuté avec lui de la Haute cour de justice qui connaît des difficultés pour son fonctionnement. Nous avons vus ensembles les reformes qu’il faut envisager  tant au niveau de la constitution que  de la loi organique. Nous avons pu avoir la conviction que le chef de l’Etat nous accompagne dans cette démarche de faire évoluer les lignes au niveau de la Haute Cour de Justice.

Il faut que les citoyens cessent de croire que la Haute cour de justice est un gadget  institutionnel, une institution budgétivore», a confié Théodore Holo à la presse.

En dehors des réformes au niveau de la Haute cour de justice, d’autres dossiers brûlants de la nation ont été examinés. Les réformes entreprises au sommet de l’Etat n’ont pas été occultées. Il en est de même pour la probable  révision de la Constitution qui défraie la chronique. Les hôtes de Boni Yayi n’ont pas manqué d’aborder surtout les  grèves perlées dans l’éducation. Cela fait plus d’un mois que les enseignants des cours primaires et secondaires ont déposé la craie pour réclamer les 25% sur salaire à eux promis.

Les présidents de l’Assemblée nationale Mathurin Nago, de la Cour constitutionnelle Robert Dossou, de la Haute cour de justice Théodore Holo et de la Cour suprême Ousmane Batoko sont prêts à accompagner Boni Yayi dans les reformes pour l’intérêt supérieur de la nation.  Le chef de l’Etat a demandé à chacun des présidents des institutions de jouer sa partition pour la vitalité et l’enracinement de la démocratie.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article