Attaques répétées contre les parlementaires : Après Nago, Houédjissin provoque les députés

Publié le par L'informateur

Tout porte à croire que l’ancien député Rb M. Maxime Houédjissin devient de plus en plus «agressif» vis-à-vis des opposants au pouvoir en place. Soutenant le gouvernement du docteur Boni Yayi, il a tiré, le 31 octobre,  à boulets rouges sur tous ceux qui ne cautionnent pas le «bâillonnement de la démocratie» à l’ère du changement. Et  dans cet exercice, il a qualifié des députés de «malfrats» sur l’émission «Zone franche» de Canal3. En effet, après le président de l’Assemblée nationale M. Mathurin Nago qui a traité les députés de  «non raisonnables» et d’«inintelligents», l’ex-questeur du parlement béninois  M. Maxime  Houédjissin vient de provoquer les parlementaires. «Une législature budgétivore. Combien de lois, ils ont voté ? Il y a de bons députés. Mais il y a beaucoup de malfrats qui se sont réfugiés là-bas… », s’obstine à défendre le directeur général de l’Agence pour la réhabilitation de la cité historique d’Abomey (Dg/Archa) sans crier gare. Il rejoint ainsi le professeur M. Mathurin Nago qui s’en est pris, le 28 octobre, ouvertement et vertement à ses collègues à l’ouverture solennelle manquée de la 2è session ordinaire de l’Assemblée nationale à Porto-Novo. «Je pense que cette situation est due globalement au fait que le monde est compliqué et complexe. Pour illustrer le fait, je voudrais citer René Descartes et je cite : On a rarement à faire avec des personnes parfaitement raisonnables. Fin de citation. Et Jean-François Revel a ajouté et je cite : L’homme, un être intelligent mais que l’intelligence ne gouverne pas. L’homme est un être intelligent mais que l’intelligence ne gouverne pas. Donc, tous nos actes ne sont pas toujours à ranger dans la case de l’intelligence… », a déclaré M. Mathurin Nago pour dénoncer le boycott de sa session.

En tout cas, le professeur M. Mathurin Nago  a bénéficié du soutien de l’ancien questeur de l’Assemblée nationale qui a apporté de l’eau dan son moulin en traitant les députés de malfrats. Sur la même lancée, l’invité de Canal3 M. Maxime Houédjissin trouve que l’opposition regorge assez  de «pilleurs» en son sein. Et si M. Maxime Houédjissin avait le pouvoir d’agir, il aurait «écarté» tous ces «pilleurs» qui constituent des «obstacles» pour la bonne marche de l’émergence du Bénin. Le président de la Céna 2008 M. Pascal Todjinou en a eu pour son compte.  Il a reçu quelques flèches acides de la part du conseiller communal Fcbe d’Abomey repêché par la Cour suprême du président M. Saliou Abdou.  «Il a été médiocre et même en dessous du médiocre pour les municipales. Mais des gens comme ça, il faut les écarter… », a martelé M. Maxime Houédjissin. Le crime de lèse-majesté que le Sg/Cgtb a commis  est d’avoir livré les «secrets» de l’audience du chef de l’Etat avec les centrales syndicales et de n’avoir pas proclamé M. Maxime Houédjissin élu aux élections municipales 2008. Le conseiller  «cauris» réhabilité a profité de cette aubaine pour régler ses comptes à Pascal Todjinou. Enfin, contrairement à ses déclarations  malencontreuses sur Golfe Tv  à propos de la disparition du cadre du ministère des finances et de l’économie (Mfe) Pierre Urbain Dangnivo, le Dg/Archa a changé de langage. «Je vous demande de laisser tomber ce débat. Cette affaire, j’ai du mal à en parler. Il s’agit d’une vie humaine… Si Dangnivo se trouve à la droite, je vais combattre la droite. S’il se trouve à la gauche, je vais combattre la gauche… », a rectifié l’homme qui a dit, récemment, que la disparition est une chose fréquente dans la famille de Pierre Urbain Dangnivo.  L’ex-député Rb M. Maxime Houédjissin a affirmé qu’il n’a jamais quitté  la Renaissance du Bénin (Rb) de Léhady Soglo. Selon lui, il  soutient le chef de l’Etat Boni Yayi. Il va émerger ou immerger avec le docteur président. Mais il a gardé de bon rapport avec le président d’honneur de la Rb M. Nicéphore Soglo et l’ancienne présidente du parti Rosine Soglo. Lui et le président maire de Cotonou s’appelle à tout moment. Mais s’agissant de son retour au bercail, l’ancien baron de la Rb a précisé que cela n’est pas dans un avenir proche. Concernant la réhabilitation de la ville d’Abomey, le Dg/Archa M. Maxime Houédjissin a déclaré que les travaux sont effectués à  15%, la fabrication des pavés est à 35% et le décaissement à 50%. Tout calcul fait, tout tourne autour de 25%, a-t-il indiqué en conclusion.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article