Assemblée nationale : Le rapport de Nago sous le feu de la critique

Publié le par L'informateur

Bien que des députés aient adressé un satisfecit à Mathurin Nago pour son rapport, d’autres ont tiré, hier, à boulets rouges  sur la gestion du président de l’Assemblée nationale.

Le président du parlement devient sélectif, selon son propre camp. Bon nombre d’élus  ont formulé des critiques acerbes contre le rapport d’activités  de Nago.  Même des parlementaires du camp  présidentiel  n’ont pas fait de quartier sur la gestion du parlement de la 6ème législature. 

Un député de la mouvance a ouvert le bal des critiques. « Ce rapport souffre d’une insuffisance notoire. Il y a eu silence sur le contrôle de l’action gouvernementale. Ce n’est parce que nous sommes de la majorité présidentielle que nous n’allons pas dire la vérité. Nous ne rendons pas service à Yayi Boni. », s’enflamme  Nicaise Fagnon.

Il en est de même pour son collègue de l’opposition Eric Houndété. « Il y a une défaillance dans le contrôle parlementaire. Les commissions d’enquêtes ne jouent pas bien leurs rôles. Je ne comprends pas pourquoi le président doit être au-dessus de toute l’Assemblée nationale et fait ce qu’il veut. », s’indigne-t-il.

Un autre parlementaire proche du pouvoir est resté sur la même lancée. « J’ai des préoccupations essentielles. Je peux citer le  non achèvement du nouveau siège de l’Assemblée nationale et le favoritisme dans l’attribution des missions statutaires et ordinaires. », dénonce Dagnon.

L’élu de l’opposition Gabriel Tchokodo  a dénoncé l’indisponibilité de Maturin Nago à recevoir ses collègues. « J’ai demandé maintes fois à vous rencontrer pour échanger sur des questions qui touchent à la vie de notre parlement. Mais impossible depuis un an. Pourquoi ne puis-je pas voir mon président ? », s’interroge-t-il

Zéphirin Kindjanhoundé, un député de la mouvance, a noté quant à lui un changement « négatif » au niveau du président de l’Assemblée nationale. « Nous avons constaté que sous la 6è législature vous êtes  devenu subitement sélectif. », s’obstine-t-il à soutenir.

Mais le rapport de Mathurin Nago a été, en tout cas, voté à la majorité des députés présents. Sur 71 dossiers reçus, 40 ont été examinés en commission. En plénière, 32 dossiers sont débattus. Le parlement a tenu 17 plénières et voté 32 textes de lois. Ces activités parlementaires couvrent la période du 21 octobre 2011 au 31 mars 2012. Lesquelles activités sont menées au plan interne et externe. Le président de l’Assemblée nationale s’est réjoui de son bilan.

Ce rapport devait être présenté, en avril dernier, aux députés. Mais le numéro 1 de l’hémicycle était absent du territoire national. Nago est allé en mission à Cuba. Il a fait plusieurs jours au pays de Fidèle Castro. En son absence, le premier vice président du parlement Justin Yoto Sagui a dirigé les travaux de la session. La loi ne lui donne pas le droit de présenter le rapport du président. Les critiques fusaient de toute part. Le député  Epiphane Quenum a posé une question préjudicielle. Il a exigé  la présentation du rapport de Nago avant le démarrage des travaux. Une suspension a permis de remettre les compteurs à zéro. La session est allée à son terme sans la présentation du rapport.

Le rapport de Mathurin Nago a été enfin présenté aux parlementaires. Il est adopté avec à la clé les critiques acerbes.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article