Arrestation d’un étudiant béninois en Arabie Saoudite : Le silence coupable des autorités

Publié le par L'informateur

L’étudiant  Bakari Kolawolé Kazim est gardé, depuis 06 février, dans une prison en Arabie Saoudite sans nouvelles. Mais les autorités gardent un mutisme coupable sur le sujet.

Un étudiant béninois souffre le martyr à Djeddah. Il s’agit de Bakari Kolawolé Kazim qui ne sait plus à quel saint se vouer. Jusqu’à présent, le Bénin n’est pas  saisi officiellement de son arrestation. « Un étudiant arrêté en Arabie Saoudite ? Je n’en sais rien. Je l’ai appris dans la presse. Mais le Bénin n’a pas été saisi de l’affaire », précise une source proche du ministère des affaires étrangères. Pourquoi l’Ambassade et le Consulat en terre sainte n’ont-ils pas encore informé les autorités béninoises sur la situation ? Il est difficile de le dire.

Mais ces propos confirment les déclarations  de certains camarades de l’infortuné apprenant. Joints au téléphone, ils  ont accusé à tort ou à raison l’Ambassade et le Consulat qui, selon eux, n’ont rien fait  pour la libération du présumé coupable. « Je ne sens rien depuis l’arrestation de notre camarade. L’Ambassadeur et le Consul béninois ne font pas signe de vie. Or, les Arabes ne veulent pas discuter avec nous autres. », se plaint un étudiant. « Je ne sais même pas si le Bénin dispose d’une Ambassade et d’un Consulat en Arabie Saoudite», s’indigne un autre. Les tentatives pour joindre ces diplomates béninois sont restées vaines.

Comme un bandit, Bakari Kolawolé Kazim a été   menotté à l’aéroport international de Djeddah. Il est  conduit à une destination inconnue. Il n’a pas effectué le voyage à Médine, son lieu de destination. L’infortuné  est, en tout cas,  aux mains des autorités saoudiennes jusqu’à présent. Les autres apprenants béninois n’ont que leurs yeux pour pleurer. Cela fait trois semaines. Mais ses camarades sont restés  sans nouvelles de lui.

Ils sont quinze nouveaux étudiants béninois admis à poursuivre leurs études universitaires en Arabie Saoudite. Ces apprenants sont descendus, il y a trois  semaines, pour les milieux saints de l’Islam. Ils ont fait un mauvais voyage sur la terre sainte. Sur les quinze étudiants, un a été mis aux arrêts à sa descente d’avion. Le crime de lèse-majesté qu’il a commis est tout simple. Les forces de sécurité de l’aéroport international de Djeddah ont découvert des « produits » prohibés dans ses colis. Lesquels produits sont les comprimés vendus au Bénin. 

Ces médicaments occidentaux sont différents des comprimés saoudiens. Les autorités ont interdit l’entrée de ces préparations pharmaceutiques sur le territoire saoudien.  L’étudiant béninois est alors arrêté pour ces comprimés interdits en terre sainte.

Le sort de Bakari Kolawolé Kazim est dans la main des autorités béninoises et saoudiennes.

Aziz IMOROU

Publié dans Actualité

Commenter cet article